Cameroun: On réfléchit sur la prévention des risques de catastrophes à Douala

9 Janvier 2020

Plusieurs acteurs du secteur participent depuis le mardi 7 janvier à Douala à un atelier de renforcement de leur capacités.

C'est dans le cadre du projet " Strengthening disaster risk réduction (coordination, planning and policy capacity) of the economy community of central African states que l'Institut de recherche pour le développement (IRD)a organisé cet atelier. Ce dernier intervient dans un contexte sous régional où plus de 70% des catastrophes naturelles sont d'origine hydrometeorologiques. Une situation qui selon les experts du domaine expose l'Afrique centrale à des périodes récurrentes de sécheresse et d'innondations . La ville de Douala d'ailleurs comme d'autres localités du pays ont connus plusieurs événements malheureux ( glissements de terrain, éboulements)liés à la forte pluviométrie au cours de l'année écoulée.

L'atelier qui se déroule actuellement dans la capitale économique du Cameroun est sensé servir de cadre aux différents participants pour un partage d'expériences, une consolidation des actions de préparation déjà menées et enfin une mutualisation des connaissances et des compétences.Au sortir de Celui ci, ils seront outillés et armés pour améliorer et coordonner leurs services respectifs dans le cadre des activités de gestion et de réduction des risques de catastrophe et d'adaptation aux changements climatiques. Avec pour objectif final la préservation efficace des vies humaines et des biens.

" actuellement, nous avons un projet financé par l'agence française de développement (AFD) à Douala qui concerne les inondations, la prévision et les systèmes d'alerte précoces communautaires . Communautaires parce qu'on essaie d'impliquer les populations les plus vulnérables dans les systèmes d'alerte sur le bassin du Tongo Bassa notamment a Makepe Missoke , sujette à des inondations récurrentes ces dernières années et où il y a eu quand même de grands dégâts matériels. Et on essaie de monter un projet pilote qui puisse être reproductible à d'autres bassins versants de la zone de Douala, mais aussi à d'autres villes de la sous-région qui sont soumises à l'aléa inondation" a précisé Jean Jacques Braun le représentant délégué de l'IRD Cameroun et Afrique centrale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.