Congo-Kinshasa: Echauffourées à l'UNIKIN - Les étudiants accusent le COPA et l'APUKIN

communiqué de presse

Dans une déclaration rendue public le mardi 7 janvier dernier, les étudiants de l'Université de Kinshasa félicitent le Gouvernement congolais par l'entremise de MM. Steve Mbikayi et Thomas Luhaka, ancien et nouveau Ministre de l'ESU, pour les avoir remis dans leurs droits. Ils dénoncent, par ailleurs, l'anarchie créée par le COPA, entendez le Conseil de Partenariat, initiative, disent-ils, abolie de plein droit depuis 2006 ainsi que l'APUKIN qui veut s'enrichir sur leur dot. "Aux membres de l'APUKIN de faire preuve d'éthique pour revendiquer à souhait, à gogo leurs droits et leurs privilèges auprès de leur employeur qui est l'Etat congolais, qui a un gouvernement légitime et responsable. Même s'ils ne le croient pas, c'est une réalité, au lieu de se tromper de cible en empiétant gratuitement les droits des étudiants(es) obtenus auprès de ce même Etat congolais. C'est ici qu'il convient de rappeler que tous les professeurs, anciens boursiers et ceux ayant étudié gratuitement, sont débiteurs de l'Etat congolais, surtout qu'ils ne prestent pas conformément à leur charge horaire. Pour tout dire, ils continuent à escroquer l'Etat congolais", soutiennent-ils. Ci-après, l'intégralité de ladite déclaration.

DECLARATION DES ETUDIANTS DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA

Nous félicitons le Gouvernement congolais, par l'entremise de notre ministre de l'époque à la personne de Stève Mbikayi, pour avoir remis les pendules à l'heure, en rétablissant les étudiants dans leurs droits.

Nous réitérons les mêmes félicitations au Gouvernement actuel, par l'entremise du ministre Thomas Luhaka, pour avoir assuré la continuité de nos droits en fixant les frais académiques à 160.000 FC, comprenant 16.000FC frais de minerval et 144.000 FC de frais connexes.

Cependant, nous dénonçons l'anarchie perpétrée par un soit disant Conseil de partenariat, initiative déjà abolie de plein droit par ses précurseurs en 2006 et par le cadre institutionnel depuis que le gouvernement congolais, l'employeur des professeurs, a honoré le cahier de charges, du banc intersyndical de l'UNIKIN depuis 2010, marqué par leur dotation en mobilité couplée d'une enveloppe de rémunération mensuelle de 2.000 (USD) au taux du jour jusqu'en 2017.

Il convient de rappeler ici que le protocole d'accord signé entre l'Etat congolais et le banc intersyndical prévoyait la suppression totale de la contribution des parents en pérégrination inverse avec la rémunération de nos enseignements.

Chose curieuse, pendant près de huit ans, le fameux COPA a escroqué les étudiants qui se sont vus être délivrés par le Ministre Stève Mbikayi et le Gouvernement Tshibala.

Donc, le protocole d'accord du 19 décembre 2019 signé par les membres du fameux COPA est inopportun et irrégulier. Inopportun de par ce qui précède.

Irrégulier sur le plan de la forme et du fond.

Sur le plan de la forme, nous constatons des irrégularités quant à la présentation et à la procédure.

S'agissant de la procédure, il n'est un secret pour personne qu'une représentation des êtres humains ne peut pas prendre des engagements de grande envergure sans consulter la base qu'elle représente. Si l'APUKIN impose la décision de son Assemblée Générale, il n'en est pas le cas pour la coordination estudiantine qui n'a consulté même pas 1% des 4.000 étudiants que compte l'UNIKIN. Toujours est-il que le communiqué du COPA consacrant la hausse des frais académiques ne peut pas abroger l'instruction académique du Ministre de tutelle.

S'agissant du fond, la compétence étant d'attribution, la fixation des frais académiques par des fonctionnaires de fait réunis au sein du COPA dénote de l'illégitimité du gouvernement en place ou de la délinquance de l'Etat congolais.

Ce qui n'est pas le cas pour nous, sauf pour ceux-là qui sont pessimistes au décollage de la RDC.

Eu égard à tout ce qui précède, nous recommandons :

1° Au Chef de l'Etat d'alléger la tâche des parents qui supportent déjà 73% de la facture de l'éducation telle que publiée par la Banque Mondiale en 2017. C'est ici que nous réitérons notre soutien à son initiative de la gratuité de l'enseignement.

2° Au Ministre de l'ESU de faire respecter l'instruction académique n°021/MINE-SU/CAB. MIN/TLL/BYP/MNB/2019 du 15/10/2019 que lui-même avait prise, à l'enchantement de tout le monde, sauf les ennemis de la RDC.

3° Au Ministre de la Jeunesse et de la Nouvelle Citoyenneté, ancien de l'UNIKIN et également Ministre de notre tranche d'âge, de faire des plaidoyers pour nous, auprès du Chef de l'Etat.

4° Aux membres de l'APUKIN de faire preuve d'éthique pour revendiquer à souhait, à gogo leurs droits et leurs privilèges auprès de leur employeur qui est l'Etat congolais, qui a un gouvernement légitime et responsable. Même s'ils ne le croient pas, c'est une réalité, au lieu de se tromper de cible en empiétant gratuitement les droits des étudiants(es) obtenus auprès de ce même Etat congolais.

C'est ici qu'il convient de rappeler que tous les professeurs, anciens boursiers et ceux ayant étudié gratuitement, sont débiteurs de l'Etat congolais, surtout qu'ils ne prestent pas conformément à leur charge horaire. Pour tout dire, ils continuent à escroquer l'Etat congolais.

Que vivent les étudiants(e)s de l'UNIKIN

Que vivent l'Etat congolais et ses dirigeants. Merci !

Fait à Kinshasa, le 07 janvier 2020

Les étudiants de l'UNIKIN

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.