Tunisie: Gouvernement Jemli-Vote de confiance - Feu vert du Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha (développement)

Tunis — Le conseil de la Choura du mouvement Ennahda, réuni jeudi soir au siège du mouvement, a décidé de soutenir le gouvernement Habib Jemli, lors du vote de confiance prévu au parlement vendredi.

Le chef du Conseil de la Choura, Abdelkarim Harouni, a appelé lors d'une conférence de presse tenue après la réunion, les différents blocs parlementaires à faire prévaloir l'intérêt national sur les intérêts étroits et voter pour le gouvernement proposé.

Harouni a indiqué que le Conseil de la Choura a décidé de soutenir le gouvernement Jemli, malgré l'attachement du mouvement à un gouvernement politique composé de partis et ouvert aux personnalités nationales, sa réserve sur certains des ministres proposés, et l'option du chef du gouvernement désigné de former un gouvernement d'indépendants.

Il a expliqué que l'intérêt national exige que la Tunisie ait un gouvernement dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions, avec un soutien politique fort et une majorité parlementaire confortable en plus d'un programme qui exprime les aspirations des Tunisiens dont la priorité sera la guerre contre la corruption, la pauvreté, le chômage et la marginalisation, d'une part, la réforme de l'administration et la lutte contre le défi économique et social après la réussite de la Tunisie dans sa transition démocratique et la victoire sur le terrorisme, d'autre part.

Harouni a indiqué qu'Ennahdha a suivi tous les développements des positions des différents blocs et reste optimiste quant au vote de confiance à accorder au gouvernement, appelant les blocs parlementaires à voter sur le programme du gouvernement.

Il a ajouté que le mouvement œuvrerait à faire passer le gouvernement, et que le Conseil de la Choura avait souligné la nécessité d'intensifier les consultations avec divers blocs parlementaires, affirmant à cet égard le rôle du chef du gouvernement désigné. Il a affirmé à ce propos qu'il es "tenu de faire de son mieux alors que Ennahdha n'épargnera aucun effort pour mener les consultations, car l'échec dans la formation du gouvernement n'est pas permis".

Concernant les propositions d'un gouvernement de salut, Harouni a indiqué que beaucoup avait fait cette suggestion depuis 2013, mais ceci n'a pas abouti. "Nous n'avons pas besoin d'un gouvernement de salut, mais plutôt d'un gouvernement de performance", a-t-il affirmé.

Quant à la reprise des discussions avec le Parti démocrate, le président du Conseil de la Choura a indiqué que ce parti a présenté des propositions, non sur la plénière consacrée au vote de confiance vendredi, mais plutôt sur un autre gouvernement après ce gouvernement proposé. Il a souligné que le mouvement Ennahdha à l'heure actuelle travaille pour faire réussir ce gouvernement "auquel des retouches peuvent être apportées" et a appellé toutes les parties à lui donner confiance.

Le Conseil de la Choura s'est réuni en présence du bureau exécutif du mouvement et du bloc parlementaire du parti. Le président du mouvement a présenté de son côté lors de la réunion un rapport sur les derniers développements au niveau des consultations, la formation du gouvernement, les développements nationaux et régionaux et les dernières données sur la préparation de la plénière de vendredi pour le vote de confiance au gouvernement.

Le conseil national de Qalb Tounes (18 députés) et le bloc de la réforme nationale (15 députés) ont annoncé jeudi soir qu'ils ne voteront pas en faveur du gouvernement Jemli vendredi, rappelle-t-on.

jk

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.