Cameroun: Climat - Froid glacial dans l'Adamaoua

Depuis quelques semaines, Ngaoundéré, le chef-lieu de la région, connaît des baisses de températures inédites.

« N'oublie pas de venir avec le pull, les chaussettes, le bonnet et même les jeans. Ce n'est pas facile. » Voici quelques recommandations données à toute personne qui souhaite se rendre dans la ville de Ngaoundéré depuis le mois de décembre dernier. D'après les spécialistes, ce climat dans l'Adamaoua est de saison en cette période, même si avec les années, ils reconnaissent qu'on ressent un peu plus les effets du froid. Le climat est rude, presque glacial, surtout au petit matin et à la tombée de la nuit.

En ce moment, il devient impossible ou très difficile de prendre une douche. « Je suis obligée de me laver avec de l'eau très chaude le matin avant de sortir. De plus, même pour faire mes ablutions, je chauffe de l'eau. Malheureusement, dès que l'eau vous touche, et que le vent souffle, vous ressentez le froid jusqu'à votre moelle », plaisante Khadidja, une étudiante. Les femmes au foyer éprouvent aussi des difficultés à vaquer à leurs tâches quotidiennes. «Avec la reprise des cours, je ne lave plus les enfants le matin. Je me contente de mouiller un gant et de les essuyer. Ils prennent un bain quand ils rentrent des classes. Même pour faire le ménage et la vaisselle, je dois attendre aux alentours de 10h pour m'y mettre », se désole une femme au foyer.

De nombreuses maladies liées au froid font leur apparition, on constate dans la ville, une augmentation de la grippe et de la pneumonie. Dans les pharmacies, les parents inquiets viennent se renseigner auprès des professionnels pour avoir le médicament qui peut soulager efficacement leur progéniture de la toux ou du rhume. Cette vague de froid fait place en journée à une chaleur excessive accompagnée d'un vent sec. Pour contrer les effets de ces caprices du climat, en dehors des vêtements chauds que chacun arbore, la vaseline et la glycérine sont utilisées pour lutter contre l'assèchement de la peau.

Tandis que pour éviter les lèvres desséchées et fendillées, les habitants se tournent vers les baumes à lèvres. Par ailleurs, en ce temps d'harmattan, le froid n'est pas le seul problème auquel sont confrontées les populations de Ngaoundéré. Qui dit saison sèche dans la ville, dit aussi poussière. Si bien que les conducteurs de motos et même des piétons ont investi dans l'achat de cache-nez. Par chance, depuis hier, le temps semble plus clément...

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.