Congo-Brazzaville: Jospin Mahoukou - « Une fois qu'on découvre Jésus, on fait de lui son quotidien »

interview

Jeune congolais natif de Pointe-Noire et diplômé supérieur en aéronautique, Jospin Lionhel Mahoukou travaille à la représentation de l'Asecna auprès de la République du Congo. Il vient de publier aux éditions Renaissance Africaine un ouvrage intitulé « Ouvrir les écluses des cieux ». Nous l'avons rencontré pour en parler.

 Vous venez de publier votre premier ouvrage, comment a commencé cette aventure ?

La rédaction de ce livre, ou cette aventure pour reprendre vos mots, est le fruit de mon expérience dans le milieu religieux où j'évolue. Je suis membre d'un mouvement catholique dénommé « Le Renouveau charismatique ». Mes activités dans ce groupe m'ouvrent à l'écoute des autres et cela m'a permis de m'imprégner plus ou moins des véritables angoisses de la plupart des chrétiens. J'ai remarqué que leurs préoccupations étaient, pour beaucoup d'entre eux, des problèmes qui pouvaient se résoudre très simplement par la prière. Je me suis alors dit que je pouvais faire quelque chose pour le peuple de Dieu, notamment les instruire au mieux pour qu'ils voient en Dieu ce Père aimant que nous montre Jésus. Le prophète Osé a dit : « Mon peuple périt, faute de connaissance ». Je dirais donc que tout est parti d'un constat qui a fait naître en moi de la compassion, laquelle compassion s'est transformée en fort désir d'aider l'autre.

De quoi parle ce livre ?

Ce livre parle des fondamentales d'une prière fructueuse.

Qu'est-ce qui explique votre intérêt sur Dieu, la prière en l'occurrence ?

J'ai simplement fait la connaissance de Dieu et je suis tombé follement amoureux de lui. Vous savez, nul ne peut rencontrer Jésus et rester la même personne. Une fois qu'on le découvre, on fait de lui son quotidien.

Avez-vous d'autres projets d'écriture en vue ?

J.L.M : Oui ! Je viens de finir avec la rédaction de mon recueil de nouvelles. Il sera édité l'année prochaine, et je continuerai d'écrire. Il est possible que je puisse varier les domaines dans mes œuvres, car je ne serai pas qu'essayiste religieux. Mais ma mission en tant qu'écrivain reste la même : éduquer et enseigner. Ma passion pour la littérature me fera porter plusieurs vestes, j'en suis sûr. Aujourd'hui essayiste, Dieu voulant, demain je serai nouvelliste. Attendez-vous peut-être à d'autres vestes, celle de romancier par exemple. Les projets d'écriture ne manqueront pas ! La littérature en casquette d'écrivain est un merveilleux monde que je viens de découvrir. C'est un voyage vers l'inconnu, l'auteur ne fait que se jeter à l'eau et l'inspiration reste le maître du jeu. La plume est à mon avis le canal le plus efficace pour atteindre des générations. Je ne vois pourquoi j'arrêterais d'instruire, d'éduquer et de conseiller, car en écrivant je parle à cette génération, mais aussi aux générations que je ne verrai certainement pas.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.