Tunisie: Habib Jemli - "A ce stade, un gouvernement indépendant de compétences est le meilleur gouvernement pour le pays"

Assemblée nationale tunisienne

Tunis — Le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, qui n'a pu obtenir ce soir le vote de confiance du parlement, a affirmé avant le scrutin qu'un gouvernement indépendant de compétences est le meilleur gouvernement pour le pays à ce stade, indiquant que la formation d'un gouvernement indépendant des partis ne signifie pas qu'il ne traitera pas avec les partis ou qu'il leur sera hostile.

Dans sa réponse aux interventions des députés lors de la séance plénière, il a précisé qu'il valait mieux penser à un gouvernement de compétences indépendant à égale distance de tous et qui s'inspire dans son programmes des propositions des partis "si l'objectif est de servir le pays".

Il a souligné qu'il était allé le plus loin possible dans la formation d'un gouvernement politique soutenu par des compétences indépendantes et était d'accord avec les partis qui l'avaient consulté après avoir fait des concessions, mais l'échec de la voie l'a conduit à former un gouvernement indépendant des partis.

Il a exprimé sa conviction que ceux qu'il a proposés sont parmi "les meilleures compétences du pays capables d'atteindre les résultats souhaités", rejetant les accusations d'être affiliés à des partis ou d'être corrompus. "Quiconque n'est pas condamné par le pouvoir judiciaire est innocent et tout ce qui est rapporté par les médias n'a pas été étayé par des preuves", a-t-il souligné.

Au sujet de la correspondance de l'instance de lutte contre la corruption concernant des accusations de corruption planant sur un certain nombre de ministres proposés, Jemli a déclaré que le président de l'Instance Chaouki Tabib lui avait écrit jeudi soir au sujet de 4 ministres proposés.

"Il y a eu une disculpation de deux d'entre eux et des soupçons sur les deux autres sans être des présomptions de culpabilité", a-t-il précisé.

Concernant la répartition géographique des membres du gouvernement, il a relevé qu'il n'adopte pas de critère régional, car "ce n'est pas un gouvernement de quotas régionaux", mais a opté pour "des critères objectifs", même si chaque région est bien représentée.

Quant à la demande de son retrait avant la session plénière, formulée par le député Ghazi Chaouachi, Jemli a indiqué qu'il avait travaillé dur pour former un gouvernement d'indépendants avec un programme inspiré des propositions des partis pendant les consultations, y compris les partis qui lui sont opposés aujourd'hui, indiquant que le refus d'accorder la confiance à son gouvernement "n'est pas la fin du processus".

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.