Congo-Brazzaville: Forêt - Une forte mobilisation sollicitée pour l'élaboration des normes de certification de bois

Le Congo veut jouer sa partition dans le renforcement de la gouvernance forestière dans le Bassin du Congo. Les parties prenantes au processus, les pouvoirs publics, les exploitants forestiers, la société civile, ont été appelés, le 10 janvier à Brazzaville, à participer à une large consultation publique sur le sujet.

Le point focal certification forestière au ministère de l'Economie forestière, Paulette Ebina, et le président de l'ONG PAFC Congo, Brice Severin Pongui, ont conjointement animé un point de presse afin de situer les parties prenantes sur les engagements à venir, notamment sur leurs contributions en ce qui concerne l'élaboration des normes de certification de gestion forestière et de la chaîne de contrôle du système panafricain de certification forestière (PAFC) Bassin du Congo.

En effet, à l'issue du premier atelier régional d'élaboration des normes de certification de PAFC Bassin du Congo tenu à Libreville du 25 au 29 novembre dernier, les membres du Forum, suite à des échanges et débats, ont arrêté les premières versions des normes de gestion durable des forêts et de chaîne de contrôle.

« Toutes les parties prenantes se doivent d'apporter leurs commentaires afin que nous améliorons les normes qui ont été élaborées notamment les normes de gestion durable, des exigences( indicateurs) des textes au niveau international et national mis en exergue pour la gestion durable de nos ressources forestières en matière sociale et d'égalité forestière », a indiqué le point focal certification forestière au ministère de l'Economie forestière, Paulette Ebina.

Selon elle, le point de vue, l'apport et les commentaires des acteurs permettront d'amender le document de sorte qu'il soit tangible et rigide. Celui-ci évoque plusieurs aspects notamment environnementaux, sociaux, biodiversité, droit des populations autochtones. Ces normes viennent donc en appui des législations nationales.

Dans le cadre du processus d'élaboration de ces normes, deux consultations publiques sont organisées pour permettre aux parties prenantes de commenter et apporter des propositions sur les versions de normes soumises à la consultation publique en vue de leur ajustement par les membres du Forum. Lancée le 13 décembre dernier, la première consultation durera soixante-trois jours et s'achèvera le 14 février 2020.

« Il est important que le public prenne part à ce processus afin qu'une transparence soit observée. Toutes les parties prenantes intéressées par la gestion forestière durable sont appelées à faire leurs commentaires sur les éléments positifs ou négatifs qu'elles pourraient trouver dans chaque indicateur composant ou constituant ces normes en cours d'élaboration », a signifié Brice severin Pongui.

Notons que le PAFC est un système panafricain de certification forestière que le gouvernement congolais a voulu et porté par la sous-région dans le Bassin du Congo. Ce dernier sera développé dans trois pays, à savoir le Congo, le Gabon et le Cameroun.

Le PAFC-Congo, quant à lui, a pour but de mettre en œuvre l'initiative d'élaboration de ces normes au niveau national. Celles-ci seront par la suite reconnues au niveau international par le programme international de reconnaissance des certifications forestières.

Les différents sites à consulter pour la participation des parties prenantes

coordination@pafc-certification.org  (pour la soumission des commentaires)

https://www.atibt.org/fr/consultation-publique-sur-les-normes-de-certification-pafc-bassin-du-congo  (pour le téléchargement du formulaire à remplir afin de soumettre les différents commentaires.

https://www.atibt.org/fr/consultation-publique-sur-les-normes-de-certification-pafc-bassin-du-congo  ou http://www.pafc-certification.org  (pour l'obtention du communiqué final, le compte rendu de l'atelier de Libreville, la procédure d'élaboration des normes validées par les membres du forum etc).

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.