Afrique Centrale: Piraterie maritime - Forte augmentation des attaques dans le golfe de Guinée

Les experts français ont recensé troix cent soixante actes de piraterie dans le monde en 2019. Deux fois moins qu'en 2011.

Les raisons: des attaques en régression dans la corne de l'Afrique, mais en augmentation au large du Nigéria. Un tiers (111 sur 360) des actes de piraterie recensés dans le monde en 2019 ont eu lieu dans le golfe de Guinée - dix-neuf pays bordent la zone -, selon le rapport du Maritime Information Cooperation & Awareness Center (Mica Center), le centre d'expertise français en sûreté maritime. Cette zone concentre à la fois les attaques dans les eaux internationales (piraterie) et dans les eaux territoriales, voire au port (brigandage).

Le golfe de Guinée, c'est six mille kilomètres de côtes du Sénégal à l'Angola, quatre mille navires par jour, un million de tonnes de poissons pêchés chaque année et 10% du pétrole mondial. C'est un trésor de ressources. Premier type d'acte : les enlèvements d'équipages contre rançon.

En 2019, cent quarante-six personnes ont été kidnappées par des pirates, soit un tiers de plus que l'année précédente. Deuxième type d'actes : le bunkering , c'est-à-dire le vol de cargaisons d'hydrocarbures. En 2019, 42 tankers ont été la cible d'attaques ou de tentatives. Les experts ont relevé la concordance entre le prix moyen du baril de pétrole et la recrudescence de ces vols. Autre donnée : en 2019 les actes de piraterie près des côtes ont triplé en comparaison avec 2018.

"Ce phénomène peut s'expliquer par le mauvais temps qui a régné sur la majeure partie de la zone entre juin et octobre 2019 et qui a obligé les délinquants et criminels à opérer le long des côtes", indique le rapport. Des évènements plus rares ont également été recensés, comme la série de cinq attaques la même nuit de décembre 2019, au large du Gabon.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.