Mali: L'harmattan souffle, Bamako grelotte

10 Janvier 2020

Moins de 13 degrés dans la capitale, moins de 10 degrés dans le nord du Mali : l'harmattan, vent sec et chargé de poussière, fait chuter les températures. A Bamako, les habitants tentent de s'adapter. Reportage.

En cette période où souffle l'harmattan, les populations doivent non seulement affronter la baisse des températures mais aussi la réduction de la visibilité liée à la poussière transportée par le vent.

"Nos habitudes ont vraiment changé" explique Mohamed Lamine Maiga, comptable. "Ce n'est plus facile de nous asseoir au grin (lieu de rassemblement des jeunes, NDLR) entre 19 heures et 2 ou 3 heures du matin sans allumer un feu. Donc, on a apporté du bois qu'on enflamme la nuit. Nous avons également cherché des chaussettes pour nous protéger. Se lever tôt n'est pas facile et lorsqu'on se couche, on a envie de dormir plus tard pour ne pas être exposé au vent et à la fraîcheur excessive que nous avons à Bamako"

Protéger les enfants

Pour Fatoumata Sanogo, femme au foyer, ce qui importe le plus en cette période est la protection des enfants : "Maintenant, je prends bien soin de mes enfants lorsqu'ils sortent ou au moment de se coucher. Il faut surtout mettre des pulls. Nous avons aussi du beurre de karité, il faut en frotter la poitrine des enfants. Je crois qu'avec cela, on peut bien s'en sortir durant cette période de l'harmattan."

Une question de ressenti

Diabaté Fatoumata Sangho, responsable du service Prévision générale à Mali Météo, affirme que la situation s'explique "par le vent de l'Harmattan qui se renforce de façon exponentielle mais aussi l'humidité qui diminue. Ce qui occasionne un plus grand ressenti du froid sur le corps humain. A cause du changement climatique, on peut s'attendre à des situations extrêmes sur l'ensemble de notre continent de façon générale et au Mali aussi bien sûr."

Selon Mali Météo, les températures vont commencer à augmenter légèrement à partir de la fin de cette semaine, sur l'ensemble du territoire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.