Congo-Kinshasa: Les étudiants de l'UniKin doivent quitter leur campus

10 Janvier 2020

Plusieurs enseignants soutiennent la décision du gouvernement d'ordonner aux étudiants de quitter les résidences universitaires. Ils justifient leur décision par la violence d'une partie de ces étudiants.

Le président Félix Tshisekedi devait se rendre sur le campus pour y rencontrer les étudiants qui réclament une réduction des frais universitaires. Depuis lundi 6 janvier, les étudiants de l'UniKin protestent contre l'augmentation des frais de scolarité à 285 dollars en 2020 contre 275 l'année dernière.

Ils protestent notamment contre le nouveau taux de conversion du franc congolais (FC) avec le dollar, passé de 920 à 1.700 FC, le taux officiel pour toutes les transactions.

C'est pourquoi le gouvernement avait demandé mardi la fermeture du campus et l'évacuation des résidences universitaires "dans les 48 heures". L'ultimatum a expiré ce jeudi 9 janvier.

Infiltration

Les responsables de la mort mardi d'un policier "ne sont pas des étudiants de l'Unikin mais des infiltrés", avait déclaré en début de semaine Vital Kamerhe, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.

Tout en reconnaissant qu'il y a eu des infiltrés dans les rangs des manifestants, la présidente nationale des étudiants congolais avait jugé l'ultimatum excessif.

Selon Prisca Manyala "dans les résidences étudiantes se trouvent principalement les étudiants venant des provinces. Très peu parmi eux ont de la famille ici dans la ville de Kinshasa."

Soutien de la mesure

Face à la violence d'une partie des étudiants et la mort du policier, plusieurs enseignants soutiennent la décision du gouvernement. Ils considèrent que c'est l'occasion de chasser ceux qui vivent sur le campus alors qu'ils ne sont plus inscrits à l'université. C'est ce qu'explique le professeur Mathieu Bokolo, le président de l'Association des professeurs de l'université de Kinshasa (APUKIN).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.