Mali: Discussions pour un retour au calme à Ménaka

10 Janvier 2020

Cette région du nord-est du Mali est secouée par des actions du groupe Etat islamique dans le grand Sahara. D'où l'urgence de réconcilier les groupes armés de la CMA et de la Plateforme, en conflit depuis décembre.

Au Mali, les discussions se poursuivent à Ménaka, dans le nord-est du pays, pour ramener le calme entre les groupes armés de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et la Plateforme pro-gouvernementale des mouvements du 14 juin d'Alger.

Les deux parties sont en conflit depuis qu'un officier de la Plateforme a été tué en décembre 2019. Pour le gouverneur de Ménaka, un retour au calme entre ces signataires de l'accord d'Alger est nécessaire pour faire face à l'insécurité.

La région est secouée par les activités de l'Etat islamique dans le grand Sahara. C'est aussi dans cette région qu'une collision d'hélicoptères de la force Barkhane s'est soldée par la mort de 13 militaires français fin novembre 2019.

Le gouverneur Daouda Maïga reconnaît qu'une lutte d'influence oppose les groupes armés dans sa région de Ménaka. Interrogé sur l'utilité des forces étrangères notamment Barkhane sur le terrain, Daouda Maïga soutient que ces forces ont un effet dans la lutte antiterroriste dans le Sahel.

Ecoutez son interview en cliquant sur l'image ci-dessus

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.