Congo-Kinshasa: Beni - 30 FARDC tombés et 70 autres blessés face aux ADF, le sacrifice d'une armée décidée d'en venir à bout

C'est au prix des efforts considérables que l'armée congolaise aura reconquis Medina, grande base-arrière des rebelles ougandais de l'ADF. Au cours de l'expédition qui a conduit à la chute de ce bastion, les forces armées loyalistes qui ont payé de leur sueur et de leur sang pour défendre la patrie, annoncent avoir enregistré des morts et des blessés dans leurs rangs.

Dans sa communication devant la presse, samedi 11 janvier 2020, le porte-parole des FARDC à Beni est revenu sur le bilan mi-chemin des opérations militaires en cours dans la région. Ce, au lendemain de la reprise par les FARDC d'un grand sanctuaire jadis contrôlé par l'ennemi.

Major Mike Azukay indique qu'à la suite des combats que l'armée a engagés depuis le 30 octobre dernier, elle a perdu 30 hommes alors que plusieurs dizaines d'autres s'en sont sortis avec des blessures.

« Après la conquête de la rivière Liva et Mapobu, les opérations se sont poursuivies jusqu'avant-hier, vous avez suivi avec nous la conquête de Madina. Du côté armé, nous avons fait des sacrifices. Votre armée a perdu 30 militaires, elle a enregistré 70 blessés dont certains graves. En termes de matériel, nous avons perdu quelques armes individuelles« , a-t-il informé.

En payer les frais

Les rebelles ougandais semblent payer les frais de leur entêtement devant la puissance de feu que lui impose les FARDC. La perte enregistrée dans leurs rangs en dit beaucoup. Après avoir perdu nombreux de ses bastions en l'espace de 2 mois seulement, l'ADF compte également des dizaines de ses combattants neutralisés ou arrêtés, ses outils de guerre récupérés, etc. Major Mike Azukay rassure qu'un résultat probant est à mettre à l'actif des soldats congolais qui ont su prendre le dessus sur le groupe armé. Ce dernier rappelle, à l'occasion, la neutralisation de 5 des principaux leaders du mouvement, dont un ancien secrétaire particulier de Jamil Mukulu, celui-là même qui est considéré comme la première tête d'affiche de la rébellion même si ce dernier a déjà su se retrancher de la vigilance des services de sécurité congolais.

C'est dans cet ordre d'idées que l'armée parle de 40 rebelles tués vus, 3 capturés ainsi qu'un important arsenal militaire détruit.

« Du côté de l'ennemi, sur cet axe, on a neutralisé 40 ADF vus dont 5 leaders parmi lesquels messieurs Kambale Achubula qui fut le secrétaire particulier de Jamil Mukulu, il est originaire de Mayi-Moya, Naser Abdoul dit Mzee wa Kazi qui fut instructeur, mama Sarah qui était chargée de la discipline au sein des femmes ADF, Ibrahim qui fut instructeur et enfin Kadjudju. Le capturés sont au nombre de 3, nous avons récupéré sur cet axe sur l'ennemi 5 PKM, 21AK47, une arme RPG7, 5 bombes artisanales, il y a des corans, il y a des flèches. 9 Mai-Mai ont été neutralisés vus et 3 capturés« , précise l'officier militaire.

Une victoire du peuple congolais

Les forces armées ont de nouveau salué l'apport de la population dans la conquête des positions ADF passées sous leur contrôle. Les FARDC restent persuadées que l'appui des civils en période de guerre est un atout majeur pour dérouter l'ennemi. Devant la presse, major Mike Azukay qui a dédié les prouesses des militaires sur le terrain à tous les Congolais, sollicite de vive voix la collaboration des habitants de la région de Beni en vue de la mutualisation des renseignements pour la victoire finale.

« Je tiens à remercier toute la population de Beni pour le soutien à son armée. Beaucoup de bonnes choses ont été recueillies grâce à ce soutien. Aujourd'hui, nous sommes sur l'axe Nord. Cette victoire sur le mal, c'est le fruit du travail de tout le monde, en commençant par le président de la République, le chef d'État major jusqu'au dernier citoyen. Et, nous devons tous parler le même langage, il y a encore du travail dans cette forêt, c'est pourquoi, on a besoin de tout le monde« , exhorte-t-il.

Mercredi 8 janvier dernier lors d'un tête-à-tête autour de la situation sécuritaire dans la région, le chef de l'armée en RDC et les députés du grand Nord-Kivu ont convenu de la nécessité pour les civils et les militaires, de conjuguer les efforts pour y restaurer l'autorité de l'État longtemps négociée.

Mbau-Kamango, bientôt opérationnel

Le tronçon Mbau-Kamango situé au coeur même du triangle de la mort est la nouvelle cible des FARDC. Déjà, samedi 11 janvier, l'armée a lancé les travaux pour sa réhabilitation. Objectif, permettre le déploiement des unités militaires dans la zone des combats mais aussi travailler en prélude du retour de la population agricultrice que la guerre a éloigné de ce grand grenier. Pour le porte-parole des opérations Sokola 1, les habitants doivent garder espoir que la reconquête de cette partie n'est qu'une question des jours.

« Après la conquête de Mapobu, Madina, vous êtes en train de comprendre que nous sommes en train de progresser petit à petit vers Kamango et pour arriver à Kamango, il nous faut une route. Voilà pourquoi, à partir d'ici, nous irons directement et immédiatement sur la route Mbau-Kamango. Aujourd'hui, on va lancer les travaux de réhabilitation de cette route de desserte agricole. Cette route, une fois réhabilitée, va servir à l'armée d'abord pour la projection des unités rapidement, ça va aussi permettre à la population de de circuler« , rassure Mike Azukay.

Des sources militaires à Beni, on annonce qu'une unité commandos des FARDC sera installée à Madina, ancien verrou des ADF actuellement contrôlé par l'armée. Ce bastion avait respectivement été conquis par les généraux Lucien Bahuma et Marcel Mbangu avant d'être de nouveau successivement repris par l'ennemi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.