Sénégal: Kaolack - Randonnée de sensibilisation sur les dangers de la dépigmentation artificielle

Kaolack — L'association "ma noirceur, ma fierté, mon identité " a organisé dimanche, à kaolack (centre), une randonnée de sensibilisation sur les dangers liés à la dépigmentation artificielle, a constaté l'APS.

"Kaolack est une région très touchée par la dépigmentation artificielle et la situation devient alarmante.

C'est la raison pour laquelle nous avons initié cette randonnée à travers la ville pour sensibiliser la population sur les conséquences néfastes de la dépigmentation artificielle," a expliqué Saly Seck Sow, coordinatrice de la section locale de l'association.

Elle a rappelé que l'association a été créée en 2016 à Dakar par la sociologue sénégalaise, Soda Guéye "et depuis, des sections régionales se sont créées dans toutes les régions du Sénégal".

"La prédominance est féminine au Sénégal avec un taux de prévalence de 72 %. Les conséquences sont très nuisibles car elle provoque la destruction de la mélanine, une porte ouverte à beaucoup d'autres maladies notamment le cancer de la peau, le diabète, hypotension artérielle entres autres », a-t-elle ajouté.

L'activiste a également salué la décision du Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA), d'interdire la publicité des produits de dépigmentation. Elle a invité ainsi l'Etat à lutter davantage contre la dépigmentation artificielle, devenue un problème de santé publique.

Mme Sow a rappelé que son association avait déjà à son actif des opérations de don de sang, des dons dans des pouponnières, des actions de soutien à des écoles coraniques et en faveur de femmes démunies.

Ameth Tidiane Thiaw, préfet du département de kaolacK a salué l'initiative des membres de ladite association de s'organiser et de marcher pour défendre une cause de santé publique.

" Nous sommes témoins, sur le plan médical et sanitaire des ravages de la dépigmentation alors que le traitement coûte une fortune. Tout en respectant le choix des concitoyennes, il est bon de rappeler que la santé de l'individu est précieuse et qu'elle doit être préservée ", a-t-il fait remarquer.

Pour le chef de l'exécutif départemental, les adeptes de cette pratique pensent s'y adonner à des fins esthétiques, sans prendre en compte les soubassements médicaux et sanitaires.

"Dire Non à la dépigmentation c'est quelque part lutter pour des questions de santé publique", a fait valoir le préfet de Kaolack.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.