Congo-Kinshasa: Pétrole du Lac Albert - Le piège se referme sur la RD Congo

13 Janvier 2020

Alors que l'Ouganda est déjà présent sur le Lac Albert, pour l'exploitation de ses blocs pétroliers, la République Démocratique du Congo peine à avancer dans la voie de la mise en valeur de ses ressources pétroliers. La faute est à chercher dans un contrat nébuleux passé, sous l'ancien régime, avec l'homme d'affaire Dan Gertler, l'incontournable roi des mines, solides comme liquides, sur le territoire congolais.

C'était après avoir donné une fin de non recevoir à Tullow Oil Plc, une compagnie pétrolière pourtant déjà présente dans la partie ougandaise de cette mère intérieure, depuis 2006. Intéressées à un moment donné aux blocs pétroliers congolais, les firmes Total SA et Eni SpA, ont fait un rétropédalage qui ne peut s'expliquer que par les sanctions du Trésor américain qui frappe Dan Gertler et son holding, Groupe Fleurette, depuis 2016.

On apprend, aux dernières nouvelles, que Dan Gertler, par le biais de ses deux sociétés, Caprikat Ltd et Foxwhelp, a décidé de s'engager lui aussi. Et pour cause, cet opérateur économique, placé sur la liste noire du pays de l'Oncle Sam, est perçu désormais comme un pestiféré dans les milieux financiers internationaux. Mais les deux sociétés, qui se disent prêtes à céder leurs gisements pétroliers, non encore exploités, aux preneurs éventuels que pourrait trouver le gouvernement congolais, pose comme préalable une compensation de l'ordre de 150 millions de dollars américains, au titre des coûts de prospection.

En principe, le désengagement de Gertler des blocs pétroliers du Lac Albert aurait dû enchanter le gouvernement congolais. Hélas, ce n'est pas le cas, en raison de de l'indexation par le Trésor américain, qui l'accuse de blanchiment d'argent, à partir de son holding et ses filiales implantés en RDC, et de financement du terrorisme.

On retient qu'à cause des sanctions américaines qui pèsent sur Dan Gertler, son partenaire attitré dans le projet d'exploitation de ses blocs pétroliers dans le Lac Albert, la République Démocratique du Congo a vu se refermer sur lui un piège, celui de la peur des compagnies pétroliers mondialement connues d'avoir le Trésor américain sur leur dos.

A cause des turpitudes d'anciens dignitaires de la République sous le régime de Kabila, Kinshasa s'est rendu otage d'un partenaire encombrant, Dan Gertler qui, bien que sous sanctions américaines, et partant interdit de toute transaction commerciale avec des personnes morales et physiques attachées aux normes commerciales, ne veut rien lâcher sans contrepartie.

Quant à savoir comment ce monsieur est devenu propriétaire du pétrole congolais « endormi » dans le Lac Albert, c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais, comme cette ressource nationale ne peut rester éternellement inexploitée, il va falloir que des experts en droit des affaires du gouvernement réfléchissent à un mécanisme de déverrouillage du verrou placé par Dan Gertler sur le pétrole congolais. L'Etat congolais doit absolument rentrer dans ses droits. Et le plus tôt serait le mieux. Kimp

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.