Nigeria: Lac Tchad - Un campement attaqué par des membres présumés de Boko Haram

Un campement de pêcheurs a été attaqué dans la nuit de vendredi à samedi dans la province du Lac au Tchad par des membres présumés de Boko Haram. Un assaut qui illustre le retour en puissance de l'aile du mouvement islamiste dans la région.

L'assaut a eu lieu à Alom, un campement de pêcheurs situé à 65 km à l'ouest de Baga Sola. Les affrontements entre les pêcheurs et des éléments supposés de Boko Haram ont fait quatre morts. Quatre femmes qui se trouvaient sur le campement sont aussi portées disparues.

Premier assaut depuis le début de l'année

Cet assaut, le premier depuis le début de l'année après celui du 17 décembre dernier, montre que l'aile de Boko Haram qui occupe le nord du lac Tchad et qui est à l'offensive depuis ces derniers mois, semble déterminée à défier les armées des États engagés contre les islamistes.

Prises d'otages

Depuis quelques mois, l'aile de Boko Haram dirigée par Abou Moussab el-Barnawi, multiplie les attaques contre les positions de l'armée et des villages prenant au passage des otages.

Un mode opératoire nouveau dans les champs de bataille autour du lac Tchad où un médecin, un infirmier et leur chauffeur restent introuvables depuis leur capture en octobre dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.