Congo-Kinshasa: Pour remettre de l'ordre à l'UNIKIN - Jean Lucien Bussa lance un appel au calme !

Le Courant des Démocrates Rénovateurs (CDER) a tenu, samedi 11 janvier 2020, une réunion du bureau politique, ouvrant ainsi les activités du parti au compteur de l'année 2020. Jean-Lucien Bussa, en sa qualité de Président National du parti, a présidé cette rencontre qui marque la rentrée politique, en présence de différents cadres du parti dont le secrétaire exécutif national et les représentants interfédéraux.

En marge de nombreux points abordés à l'ordre du jour, celui qui est aussi l'actuel Ministère du Commerce extérieur s'est exprimé sur les manifestations des étudiants de l'Université de Kinshasa qui continuent de dominer l'actualité.

Le dernier soulèvement des étudiants de l'UNIKIN n'a pas fini de susciter des remous et diverses réactions, non seulement au sein de la société civile mais aussi dans la classe politique congolaise. Après Martin Fayulu, Adam Bombole, Seth Kikuni et tant d'autres acteurs politiques, Jean-Lucien Bussa a, lui aussi, donné son point de vue sur le sujet.

Condamnant, toutefois, les actes de vandalisme perpétrés par les étudiants du campus, il soutient le fait que la colère de certains étudiants peut, d'une part, être comprise. Toutefois, le président National du CDER a souligné que la violence et le vandalisme n'étaient pas des actes à encourager.

En rapport avec les retombées de la marche des étudiants notamment, les instructions d'évacuation, de suspension des activités académiques, le Courant des Démocrates Rénovateurs a, dans une déclaration de son bureau politique faite ce samedi 11 janvier 2020, «pris acte des promptes mesures prises par le Gouvernement de la République face à la recrudescence des troubles à l'Université de Kinshasa et appelle les étudiants au calme». Car, le savoir de ces derniers contribue pleinement à l'émergence de la République Démocratique du Congo, conclut-il.

Prise de conscience

Par ailleurs, M. Bussa est revenu sur la problématique de la hausse des frais académiques, principale cause de la grogne des étudiants.

Partant de cela, il en a profité pour donner en exemple les établissements privés comme l'Université Protestante au Congo qui n'a jamais connu de soulèvement d'étudiants, elle qui fixe des frais académiques coûteux.

Jean-Lucien Bussa a également tenu à attirer l'attention sur la prise de conscience des étudiants, rappelant qu'une année perdue vaudrait plus que les 490.000 Francs congolais fixés par le ministère de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, d'un commun accord avec l'Association des professeurs de l'UNIKIN et les partenaires institutionnels.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.