Mali: Sommet de Pau - Renforcer la légitimité contestée de Barkhane et mobiliser des alliés

Sommet du G5 à Pau

Le huis clos du 13 janvier à Pau, en France, entre le président français Emmanuel Macron et ses pairs des cinq pays du G5 Sahel, Mahamadou Issoufou du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, et Mohamed Ould El -Ghazaouani de la Mauritanie, devrait être l'occasion d'une "clarification" sur la présence française au Sahel et de redéfinir le cadre de l'intervention "Barkhane".

La réunion est née des critiques exacerbées sur la présence des troupes françaises au Sahel. Emmanuel Macron avait alors demandé à ses homologues de "reclarifier le cadre et les conditions politiques" de l'intervention française au Sahel et de lever toute "ambiguïté" à l'égard "des mouvements antifrançais". A défaut, il menaçait de retirer les troupes françaises. Le lieu choisi pour la réunion et les termes employés par le président français n'avaient pas été appréciés du côté des dirigeants sahéliens. La rencontre de Pau devrait être l'occasion de remettre à plat, sinon de se prononcer sur la poursuite ou non de la force française au sahel. Emmanuel Macron semblait conditionner cette poursuite par l'arrêt de messages et manifestations antifrançais dans la région.

L'armée française y est accusée sans "preuve tangible" d'entretenir une certaine complicité avec les djihadistes. L'armée du Niger vient de subir la pire attaque djihadiste de son histoire avec quatre-vingt-neuf soldats tués. Cette énième tuerie dans la région, en moins de deux mois, pourrait renforcer la légitimité contestée des militaires français déployés sur la zone et mobiliser les alliés européens. Le sommet de Pau se conclura par une déclaration commune dans laquelle les États sahéliens devront dire "avec force", le bien-fondé de la présence française, cependant son cadre doit être redéfini. A la solution militaire, la rencontre de Pau pourrait aussi surprendre par des propositions politiques.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.