Angola: Reprise mardi du jugement de "Zenu" dos Santos

Luanda — Le jugement de l'ex-président du Fonds souverain d'Angola (FSA), José dos Santos dit « Zenu, reprend mardi (14) à la Chambre criminelle de la Cour suprême de Justice.

Suspendu à la veille de la fête de Noël, le jugement reprend cette-fois ci pour constituer des preuves par l'écoute des témoins, notamment de l'ex-ministre des Finances, Archer Mangueira, et du gouverneur de la Banque Nationale d'Angola (BNA, banque centrale), José de Lima Massano.

Dans le même cadre, devront également témoigner devant le tribunal, le sous-directeur du cabinet juridique de la BNA, Alvaro Pereira, et l'assesseur économique de l'ex-gouverneur de la Banque centrale, João dos Santos Ebo.

Zenu, fils de l'ex-président de la République d'Angola, José Eduardo dos Santos, est accusé de blanchiment d'argent dans ce procès.

Sont également accusés, dans le même procès, l'ex-gouverneur de la BNA, Walter Filipe Duarte da Silva, et deux autres citoyens, Jorge Gaudens Pontes Sebastião et António Samalia Bule Manuel.

Zenu et ses compères sont accusés d'avoir effectué un transfert illégal de 500 millions de dollars depuis la BNA sur un compte placé au Crédit Suisse, à Londres (au Royaume-Uni).

Ce transfert était une espèce de paiement avancée par une entreprise créée par les accusés, dans le but de réaliser une opération de financement pour l'Angola, et dont la valeur était de 30 milliards de dollars.

Le plan portait sur la constitution d'un prétendu Fonds d'investissement stratégique et dans l'utilisation de cette entreprise dénommée « Mais Financial Services, S.A », comme instrument d'action.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.