Sénégal: Alphabétisation - Les activités du PALAM 2 lancées à Thiès

Thiès — La ministre de la Femme, Ndèye Saly Diop Dieng, a lancé lundi à Thiès, le démarrage des activités de la deuxième phase du Programme d'alphabétisation et d'apprentissage de métiers pour la lutte contre la pauvreté (PALAM 2), a constaté l'APS.

Ndèye Saly Diop Dieng a présidé le CRD de lancement du programme au RESOPP, en présence de divers acteurs, dont l'administration territoriale, les services déconcentrés et des privés.Elle a remis les clefs des 14 motos aux relais chargés du suivi sur le terrain de ce programme.Le PALAM 2, prévu de 2017 à 2021, cible 300 villages des régions de Fatick, Kaolack et Thiès où il compte réinsérer dans le système éducatif formel 6.000 enfants ruraux déscolarisés ou non scolarisés.

Il vise aussi à alphabétiser et former 2.000 adolescents et jeunes adultes âgés 16 à 24 ans à des métiers. Enfin, le PALAM 2 se propose d'alphabétiser 5.000 femmes en activité en milieu rural, et d'aider au moins la moitié d'entre elles, à s'autonomiser en finançant leurs microprojets.Dans la région de Thiès le projet cible 72 villages répartis entre 27 communes rurales des départements de Mbour et Tivaouane.Les villages bénéficiaires ont été choisis sur la base de l'extrapolation de la carte de la pauvreté et de l'analphabétisme, note un document.

Au total, 150 écoles communautaires de base (ECB) seront construites dans les trois régions d'intervention du Programme, financé à hauteur de 13,7 milliards de francs CFA par la Banque islamique de développement (BID).La phase pilote, déroulée de 2008 à 2016 dans les régions de Diourbel et Kaffrine, s'était soldée par des "résultats encourageants", s'est réjouie la ministre, qui a invité les collectivités territoriales à soutenir la seconde phase pour en faire aussi un succès.La première phase avait permis de réinsérer 620 enfants. Vingt-deux jeunes avaient pu décrocher le certificat d'aptitude professionnelle (CAP), 262 microentreprises ont été créées, dont 74 financées, et 112 microentreprises, aidées à disposer d'un récépissé.

Des discussions sont prévues avec les collectivités locales bénéficiaires, afin de déterminer les modalités d'exécution du projet, vu le déphasage entre la cible visée et les besoins sur le terrain. Une récente mission du programme a montré que les villages susceptibles d'abriter une ECB sont au nombre de 47, contre 150 prévues.La même enquête a répertorié 2.636 enfants intéressés par l'enrôlement dans les trois régions, pour une cible de 6.000.Chez les jeunes, sur un objectif de 2.000 apprentis à former aux métiers, les relais ont recensé 4.851 demandeurs. Et 14.835 femmes ont manifesté leur intérêt le programme, pour seulement 5.000 places disponibles.Le faible niveau d'équipement des ateliers artisanaux dans les villages a été aussi souligné, comme une contrainte dans la prise en charge de la formation aux métiers.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.