Libye: "Pour un cessez-le-feu durable, il faut associer les milices" (Riadh Sidaoui)

13 Janvier 2020

La trêve acceptée par les deux chefs belligérants libyens a déjà été partiellement rompue. Ecoutez l'analyse de Riadh Sidaoui, chercheur au CARAPS.

Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj et son opposant, le maréchal Khalifa Haftar, sont à Moscou pour des négociations destinées à signer un accord formel de cessez-le-feu. Une trêve est entrée en vigueur dimanche (12.01) pour éviter que la situation ne dégénère dans le pays. Mais ce cessez-le-feu a déjà été localement rompu par chacun des deux camps.

Une conférence internationale pour tenter de résoudre le conflit en Libye avec les principaux protagonistes et pays impliqués sera organisée le 19 janvier à Berlin.

Cette conférence devrait réunir sous l'égide de l'ONU au moins dix pays: les cinq membres du Conseil de sécurité, ainsi que l'Allemagne, la Turquie, l'Italie, l'Égypte et les Émirats arabes unis.

Mais Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherche et d'analyse politique et sociale, estime que seule une réunion avec ceux qui détiennent les armes, notamment les milices islamistes qui soutiennent le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli, peut conduire à un cessez-le-feu durable.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.