Afrique: Washington veut réduire sa présence militaire en Afrique et au Proche-Orient

Drapeau américain

À Pau, les dirigeants des pays participants au sommet du G5 Sahel ont tenu à exprimer dans un communiqué commun leur « reconnaissance à l'égard de l'appui crucial apporté par les États-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité ». Ces propos font suite à l'annonce d'une réduction des forces américaines en Afrique et au Proche-Orient par le général Milley, chef d'état-major des armées américaines, qui est ce mardi et ce mercredi à Bruxelles pour une réunion du comité militaire de l'OTAN avec ses homologues.

Le général d'armée Mark Milley confirme des indications de plus en plus convergentes depuis le mois de décembre : les ressources militaires des États-Unis pour l'Afrique et le Proche-Orient pourraient être d'abord réduites puis rapatriées ou redéployées vers le Pacifique.

Le chef d'état-major des armées, au sommet de la hiérarchie militaire des États-Unis, affirme que toutes les options envisagées l'ont été en concertation avec les alliés.

Ce n'est pas du tout une surprise...

Le commandement militaire américain pour l'Afrique, Africom, a été créé en 2007. Son état-major est en Allemagne, mais sept mille hommes sont stationnés en Afrique dont la moitié à Djibouti. Deux mille autres soldats sont déployés dans des missions de formation au bénéfice d'armées nationales. Parmi les projets à l'étude pourrait figurer la fermeture de l'imposante base de drones de l'armée de l'air américaine à Agadez au Niger.

La motivation des États-Unis serait de réorienter les forces pour faire face à la Chine et à la Russie. Ces deux pays sont pourtant de plus en plus en plus présents en Afrique, avec par exemple le contingent chinois à Djibouti ou les militaires russes en Centrafrique.

Ca ne pourrait que laisser un trou parce qu'il y a des moyens américains qui ne sont pas facilement remplaçables...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.