Afrique Australe: Le partage de satellite peut développer l'Afrique

Luanda — La mise en place d'une structure de partage de systèmes de satellites dans les pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) pourrait permettre le développement durable du continent africain, a déclaré le secrétaire d'État aux Télécommunications, Mário Oliveira.

L'Afrique du Sud est le seul pays de la région à disposer d'un satellite, tandis que l'Angola travaille à la construction de l'Angosat-2 suite à l'échec d'Angosat-1, lancé le 26 décembre 2017.

L'Angosat-2 est déjà construit à 50% et pourrait être lancé en orbite d'ici 2022.

S'exprimant à l'ouverture de l'atelier de formation sur les applications des satellites de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et de structure de partage des systèmes de satellites de la SADC, l'ingénieur a déclaré que l'initiative permettrait aux gens d'accéder rapidement aux informations.

Le programme spatial angolais met en évidence la construction et l'envoie en orbite du satellite national et un vaste programme de formation des cadres, ayant déjà formé 60 spécialistes des sciences spatiales, tandis que d'autres sont en formation à l'étranger, a-t-il expliqué.

Selon le responsable, la formation des techniciens des sciences spatiales devrait être étendue à d'autres pays de la région, au bénéfice du système de santé, de l'enseignement agricole et de l'industrie spatiale de ces pays.

La rencontre vise à informer les pays membres de la SADC sur les outils de communication par satellite, qui seront fournis par l'UIT pour garantir les intérêts de la région.

Outre l'Angola, qui accueille cette troisième formation, l'atelier s'est déjà tenu en Afrique du Sud et au Zimbabwe.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.