Angola: L'IPU comprend «l'achat par crédit résoluble »

Luanda — Les habitants de nouvelles cités-dortoirs de l'Etat, en régime de crédit résoluble, devront, désormais, payer l'Impôt foncier urbain « IPU » (sigle en portugais), pour le simple fait de jouir de l'immeuble, a éclairci ce lundi (13), depuis Luanda, l'Administration générale de taxe (AGT).

A base du code foncier urbain, l'Impôt foncier urbain est une contribution annuelle que le citoyen national ou étranger paie à l'Etat pour la possession ou la jouissance d'un bâtiment, dès lors qu'il ne soit pas destiné à l'activité agricole, sylvicole ou pastorale.

Selon Manuel Prudêncio, haut fonctionnaire à la Direction de Services fiscaux de l'AGT, les habitants de nouvelles cités-dortoirs sont inscrits dans le régime de contrat résoluble, à travers lequel les citoyens manifestent l'intérêt de devenir propriétaires de l'immeuble, une fois terminé le délai de paiement.

Le responsable, qui se confiait à l'ANGOP, a précisé qu'à la lumière de cette modalité contractuelle, ces citoyens ont l'obligation de payer l'impôt foncier urbain.

Le responsable a expliqué que les habitants de nouvelles cités-dortoirs ne sont pas inscrits dans la modalité de loyer résoluble (comme indiquent les contrats actuels), mais plutôt dans celle de crédit résoluble.

Le haut fonctionnaire a souligné que dans le régime de loyer, il n'y a pas, de la part du locataire, l'intérêt d'acheter la maison au bout du contrat.

Enfin, Manuel Prudência a fait savoir que l'AGT procédait actuellement à l'enregistrement, dans les bases de données, de tous les immeubles non inscrits jusqu'ici dans le registre foncier, soit un des mécanismes visant à freiner l'évasion fiscale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.