Burkina Faso: Assemblée nationale - Des anciens présidents de parlement saluent le leadership de Bala Sakandé

13 Janvier 2020

Le Président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a successivement reçu en audience, le lundi 13 janvier 2020, à Ouagadougou, des anciens dirigeants d'hémicycle, l'ambassadeur du Danemark au Burkina Faso, Steen Sonne Andersen et celui de France, Luc Hallade.

Après des visites de courtoisie à ses prédécesseurs à leurs domiciles, le Président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a échangé avec quatre d'entre eux à l'hémicycle, dans la matinée du lundi 13 janvier 2020 à Ouagadougou. Il s'agit de Arsène Bongnessan Yé, Mélégué Maurice Traoré, Apollinaire Soungalo Ouattara et El Hadj Moussa Sanogo (ancien président de la Chambre des représentants).

« Il était important pour nous de venir ici parce que nous avons été invités par le président de l'Assemblée nationale qui voulait échanger avec nous. Son message est qu'il n'a pas commencé sur un terrain vierge. Plusieurs présidents de parlements l'ont précédé.

Ce qu'il fait ici n'est que la suite, c'est cela la rationalité de l'Etat », a déclaré le porte-parole de la délégation, Mélégué Traoré. Il a traduit la disponibilité des anciens PAN à accompagner leur successeur dans ses différentes initiatives en termes de conseils et de suggestions.

Pour M. Traoré, le travail de Alassane Bala Sakandé à la tête de l'institution parlementaire est à saluer. « Nous apprécions beaucoup son sens de l'ouverture extraordinaire.

A ce poste, ce n'est plus le parti politique qu'on représente, mais l'Etat burkinabè dans toutes ses déclinaisons et ses formulations », a indiqué celui qui a dirigé le parlement burkinabè de 1997 à 2002.

Parlant de la continuité de l'Etat, Mélégué Traoré a rappelé au passage les circonstances de la construction de l'hôtel des députés qui abrite aujourd'hui l'Assemblée nationale. « L'idée d'avoir un hôtel des députés est venue de Arsène Bongnessan Yé.

C'est lui qui a fait les premiers plans. Quand je suis devenu PAN, j'ai récupéré ces plans, je les ai modifiés avec l'appui d'un architecte. Et j'ai été cherché les financements à Taïwan. Ce qui est important, c'est que chacun a ajouté quelque chose à ce qu'il a trouvé », a-t-il confié.

« Pas question de bord politique »

A son tour, le PAN Sakandé s'est réjoui d'avoir reçu ses « aînés et prédécesseurs » à la Représentation nationale.

« Nous sommes venus trouver le travail qu'ils ont fait. Il était essentiel que nous puissions les rencontrer, poser nos problèmes, avoir des conseils et des suggestions et demander leur avis par rapport à la façon dont nous gérons cette Assemblée », a déclaré Bala Sakandé. A l'entendre, il n'est pas question de bord politique, mais celle de personnalités qui ont dirigé l'Assemblée nationale pendant des années.

Et de préciser qu'il n'invente rien en étant à la tête de l'hémicycle. « Nous sommes allés sur les sentiers qui ont été tracés par ces aînés et nous essayons à notre manière d'ajouter de la terre à la terre.

Je leur ai demandé que lorsque nous serons dans une dynamique qui n'est pas dans l'intérêt des populations, qu'ils nous appellent pour nous formuler des suggestions », a indiqué Alassane Bala Sakandé. Ensuite, c'est avec l'ambassadeur du Danemark au pays des Hommes intègres, Stenn Sonne Andersen, de s'entretenir avec le PAN.

Au cours de leurs échanges, les deux personnalités ont évoqué la situation du Burkina Faso, les défis et comment le Danemark peut aider le pays dans le domaine du développement, des actions humanitaires, de la cohésion sociale et de la préparation des élections de 2020.

« Nous apporterons notre appui, dans le cadre du programme pays qui s'achève en 2020, aux ministères de l'Eau, de l'Agriculture, de la Justice, de la Sécurité, au secteur privé et à la société civile », a soutenu M. Andersen. Il a précisé que le nouveau programme-pays qui est de 100 milliards F CFA est en cours d'élaboration.

Des priorités nationales, notamment la consolidation de la paix et la prévention des conflits, a-t-il relevé, seront prises en compte. L'ambassadeur de France, Luc Hallade, a été la dernière personnalité à être reçue par le PAN.

« C'est la première visite protocolaire et de courtoisie que je viens de faire au président de l'Assemblée nationale. C'était l'occasion aussi de parler de plusieurs sujets bilatéraux importants et de la coopération parlementaire.

Nous avons aussi parlé des questions de sécurité, notamment le sommet de Pau », a laissé entendre le diplomate français au sortir de l'entretien. La possibilité de renforcer la présence des forces de sécurité intérieure a été également abordée au cours de l'audience.

« Nous sommes disposés à accompagner le Burkina Faso dans cette volonté de déployer des forces de sécurité intérieure sur le terrain. Nous avons parlé du calendrier des élections, les conditions d'organisation et leur financement », a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.