Sénégal: Le FMI approuve un accord triennal au titre de l'instrument de coordination de la politique économique

document

Le 10 janvier 2020, le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un nouvel accord triennal en faveur du Sénégal au titre de l'instrument de coordination de la politique économique (ICPE) [1].

L'accord ICPE en faveur du Sénégal reposera sur les enseignements tirés des programmes précédents appuyés par le FMI. Il a pour objectif de soutenir les efforts déployés par le pays pour consolider la stabilité macroéconomique et favoriser une croissance soutenue et inclusive.

Les revues du programme suivront un calendrier semestriel prédéfini. Bien que le FMI n'accorde aucun financement dans le cadre de l'ICPE, l'achèvement des revues du programme démontrera la détermination du Sénégal à continuer de mener des politiques économiques et des réformes structurelles solides.

À l'issue des délibérations du conseil d'administration, M. Tao Zhang, directeur général adjoint et président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« Les résultats économiques obtenus par le Sénégal pendant la première phase du Plan Sénégal Émergent ont été solides. La croissance a été robuste, portée par des conditions extérieures favorables et des investissements publics considérables, tandis que le climat des affaires s'améliore.

Bien que la dette publique ait augmenté et que le déficit courant se soit creusé, les perspectives restent favorables, à condition que les autorités mettent en œuvre leur vaste stratégie de réforme ainsi que visant à consolider la stabilité macroéconomique.

Le programme économique des autorités qui est appuyé par l'instrument de coordination de la politique économique met l'accent sur une croissance élevée, durable et inclusive, la consolidation de la stabilité macroéconomique grâce à une politique budgétaire prudente et à une bonne gestion de la dette, et la gestion transparente du secteur du pétrole et du gaz.

Le programme ICPE offrira un cadre approprié pour un dialogue étroit et signalera les priorités et les engagements de réforme aux partenaires de développement.

Il est noté avec satisfaction que le programme de réformes met l'accent sur la promotion d'une croissance inclusive et tirée par le secteur privé. Les mesures visant à favoriser le développement du secteur privé devront être bien ciblées et efficientes afin d'atteindre les objectifs du programme.

La politique budgétaire sera ancrée par le critère de convergence de l'UEMOA qui limite le déficit budgétaire à 3 % du PIB.

Il est nécessaire de continuer de chercher à mieux évaluer et contenir les risques budgétaires, notamment en apurant les obligations impayées de 2017 et 2018, en améliorant l'enregistrement et le suivi des arriérés, en éliminant les opérations au-dessous de la ligne et en gérant mieux les subventions.

Pour créer davantage d'espace budgétaire, il sera essentiel d'accroître les recettes intérieures et l'efficience des dépenses. La stratégie de recettes à moyen terme vise à juste titre une augmentation du ratio impôts/PIB jusqu'à 20 % du PIB d'ici 2023.

La production future de pétrole et de gaz aura probablement des bienfaits économiques considérables. La forte volonté des autorités de mettre en place un dispositif transparent de gestion des recettes pétrolières et gazières est notée avec satisfaction.

ANNEXE

Évolution économique récente

La croissance économique a atteint 6,5 % en moyenne au cours des cinq dernières années, portée par l'investissement public effectué dans le cadre de la première phase de la stratégie de développement du Sénégal, le « Plan Sénégal Émergent » (PSE), et le dynamisme de la consommation privée. Les besoins élevés de financement de l'État ont entraîné une hausse rapide de la dette publique et un creusement du déficit des transactions extérieures courantes. La croissance économique est estimée à 6% en 2019 et l'inflation reste faible, à 1,3 % pour la période de 12 mois prenant fin en octobre. Le déficit du compte courant s'est creusé en 2018 pour atteindre 8,8 % du PIB, en raison de l'augmentation des importations d'énergie et de biens d'équipement.

Les perspectives économiques restent favorables. Après avoir ralenti quelque peu en 2019, la croissance devrait accélérer à 7 % en 2020-21, portée par la deuxième phase du PSE, la vigueur de l'activité dans l'agriculture et les services, et l'augmentation des investissements liés aux hydrocarbures, ce qui entraînerait aussi un creusement temporaire du déficit du compte courant, aux environs de 11 % du PIB. Les perspectives risquent toutefois d'être affectées par la hausse des menaces sécuritaires dans la région, la montée des obstacles au commerce et des fortes variations dans les prix de l'énergie.

Résumé du programme

Le programme qui serait appuyé par le nouvel accord ICPE est totalement aligné sur la deuxième phase du PSE des autorités et repose sur trois grands piliers : i) réaliser une croissance élevée, durable et inclusive ; ii) consolider la stabilité macroéconomique grâce à une politique budgétaire prudente, notamment en augmentant les recettes et en améliorant l'efficience des dépenses, et à une bonne gestion de la dette ; et iii) gérer le secteur du pétrole et du gaz de manière durable et transparente.

Parmi les réformes prévues pour promouvoir une croissance inclusive, il est prévu d'améliorer le système judiciaire, les compétences des travailleurs, l'accès à la propriété et au crédit, le fonctionnement du marché du travail et l'inclusion financière. La politique budgétaire des autorités a pour objectif de consolider la stabilité macroéconomique en visant un déficit de 3 % du PIB sur toute la période couverte par le programme, ce qui correspond au critère de convergence de l'UEMOA. En ce qui concerne les recettes intérieures, une stratégie à moyen terme est en cours d'élaboration et vise à porter le ratio impôts/PIB à 20 % d'ici à 2023. L'objectif des autorités de mettre en place un dispositif de gouvernance solide et transparent pour le secteur des hydrocarbures, et le cadre juridique et budgétaire y afférent sont en train d'être mis à jour conformément aux meilleures pratiques internationales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.