Algérie: Règlement de la crise libyenne - L'Algérie à l'origine de l'appel au cessez-le-feu"

Alger — La demande du cessez-le-feu en Libye "est purement algérienne" en tant que préalable à son engagement et sa contribution au règlement politique de la crise libyenne, a indiqué lundi l'enseignant universitaire en Sciences politiques et relations internationales, Mohamed Salim Hammadi.

Ce spécialiste en questions sécuritaire a déclaré à l'APS, que "l'Algérie du fait qu'elle n'a jamais été partie prenante du conflit en Libye, mais plutôt de la solution, s'est contentée dans le cadre de sa doctrine diplomatique d'établir des contacts et une dynamique, laissant aux parties qui se sont imposées dans ce conflit, le champ pour annoncer le cessez-le-feu".

L'Algérie a affirmé à travers ce "message clair" à la communauté internationale, qu'elle "n'adhèrera à aucun processus politique qu'après un cessez-le-feu", d'où la forte mobilisation diplomatique des derniers jours, a-t-il estimé.

Pour cet expert, l'élection du nouveau Président de la République M.Abdelmadjid Tebboune a contribué à la relance du rôle de l'Algérie et la redynamisation de sa diplomatie dans le dossier libyen en ce sens qu'elle lui a conféré davantage de légitimité.

Rappelant que la position de l'Algérie de "non-ingérence dans les affaires internes des pays" était qualifiée par certains de "neutralité négative", M. Hammadi a relevé que "l'élite politique algérienne a pris la mesure des défis qui se posent à l'Algérie, notamment en ce qui a concerne les dossiers libyen et malien d'où l'impératif pour la diplomatie nationale de lancer des actions concrètes en vue d'un règlement de cette crise qui menace la paix et la stabilité de la région".

L'aboutissement de tout processus de règlement dépend de la contribution de l'Algérie

Le marathon diplomatique qu'a connue Alger ces derniers jours à travers une série de consultations avec les acteurs majeurs du dossier libyen, "témoigne de la certitude de toutes les parties quant à l'importance du rôle crucial de l'Algérie dans tout processus de règlement".

M.Hammadi a rappelé que "l'Algérie est demeurée fidèle à sa position plaidant depuis le début du conflit en Libye pour une approche inclusive à travers un règlement politique et pacifique".

Lire aussi: Règlement de la crise en Libye: un cessez-le-feu après les efforts de la diplomatie algérienne

En dépit de tous les développements, "la résolution de la crise en Libye nécessite du temps car la situation actuelle est le résultat de luttes extérieures et de chevauchement d'agendas régionaux et internationaux visant tous le pillage des ressources de ce pays riche en pétrole, gaz...etc, en plus des conflits internes autour du pouvoir en l'absence de fortes institutions de l'Etat", a-t-il conclu.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.