Cameroun: Gestion du terminal à conteneurs - Que se passe-t-il au port de Douala ?

14 Janvier 2020

Depuis le 1er janvier 2020, le port de Douala traverse une zone de turbulence. Consécutive à la fin du contrat de concession du terminal à conteneurs qui était géré par Douala International Terminal. Malgré la décision de justice, La Régie du Terminal à Conteneurs (RTC) continue de fonctionner.

Les décisions de justices bafouées.

Douala International Terminal qui gère l'espace portuaire depuis 15 ans a saisi la justice, pour une transition faite dans les règles de l'art. La justice a donné raison à cette requête. Demandant de sursoir à toute manœuvre de concession du terminal à conteneurs. Pour contourner cette décision de justice, le port autonome de Douala a crée une régie pour la gestion de ce terminal à conteneurs. Face à cette mesure jugée illégale, DIT va à nouveau saisir la justice qui une fois de plus va lui donner raison. Le tribunal administratif du Littoral a rendu un verdict en défaveur du PAD. Malgré cette décision de la justice, la régie continue de fonctionner.

Hostilité et guerre des chiffres

Sur la place portuaire, les autorités multiplient les manœuvres pour convaincre l'opinion de ce que l'option de la régie est la meilleure. Sinon, qu'est ce qui peut expliquer que des Dockers soient poussés dans une manifestation munis de pancartes et affiches hostiles à la France et au consortium Maersk-Bolloré ? Depuis lors, on note une opération chassé-croisé entre ce qui est désormais qualifié de « belligérants au port ». La presse en fait un large écho, les chiffres se font la guerre. Une semaine après, la Régie annonce avoir traité plus de 1000 conteneurs. Une performance largement en deçà de celle de DIT qui en traitait 5000 dans la même séquence de temps. Les chiffres sont pris au port de Douala.

Des blocages

Sur le terrain et en ce qui concerne les opérations bord, les lignes maritimes Danoises, Hollandaises, Françaises, Italo-suisse et Singapouriennes sont perturbées. On note des navires en attente à la bouée de base faute de quai libre. Le système de facturation qui était informatisée pendant la gestion de DIT est redevenu manuelle. Avec pour conséquence, la difficulté d'obtention du bon d'entrée export. Ce document est délivré par le service facturation réquisitionné par la Régie du terminal à conteneurs. Mais en raison des facturations manuelles, le travail est devenu très laborieux. Un blocage qui n'a pas permis l'entrée de navires au port. Bien plus, Les responsables de MSC qui curieusement est la maison mère de TIL, choisi comme adjudicataire provisoire avant la décision de justice ont annoncé vendredi 11 janvier à tous leurs clients que les délais de déchargement seront allongés d'une semaine.

La solution de DIT

Toutes choses qui plombent le rythme des navires au port de Douala. Malgré les assurances du Directeur du PAD de relever le défi « On envisage les prochains jours avec beaucoup plus d'optimisme » il y a fort à craindre. DIT qui gère en même temps le terminal à conteneurs de Kribi à trouver une solution palliative « A compter du 1er janvier 2020, le terminal à conteneurs de Douala (Cameroun) est géré en régie déléguée par le Port autonome de Douala pour une période annoncée d'un an. Cette transition est susceptible d'affecter la fluidité des opérations. Toujours engagé à vous offrir les solutions d'acheminement les plus compétitives en coûts et délais, Bolloré Logistics vous propose un plan de transport alternatif, vers le Cameroun, le Tchad et la République centrafricaine via le port de Kribi »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.