Sénégal: Corruption supposée au sein de l'IAAF- Dakar «renvoie» le procès de Lamine Diack

Lamine Diack
14 Janvier 2020

Encore cinq mois d'attente pour voir si Lamine Diack va enfin quitter la prison à ciel ouvert à laquelle il est contraint par les autorités judiciaires françaises dans l'affaire de corruption supposée au sein de l'IAAF ; une instance qu'il a dirigée de 2001 à 2015. L'audience de son procès qui s'est ouverte hier, devant la 32ème chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris, a été renvoyée pour des «problèmes de procédure».

Lamine Diack (86 ans) va devoir attendre encore. Poursuivi pour corruption passive et active, abus de confiance et blanchiment en bande organisée, l'ancien président de l'IAAF (2001-2015) a vu son audience tourner court. Aussitôt ouverte, devant la 32e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris, elle a été renvoyée au mois de juin prochain. Précisément du 3 au 22 juin 2020, pour une audience au fond qui se tiendra à 13h30 les : 3, 4, 8, 10, 11, 15, 17, 18 pour se terminer le 22 juin.

Cette demande de renvoi formulée par les procureurs financiers fait notamment suite à l'arrivée le jour du procès de pièces transmises par les autorités judiciaires sénégalaises aux autorités françaises dans le cadre de la commission rogatoire internationale délivrée le 20 mai 2016. Parmi ces éléments, il y a une audition de Pape Massata Diack (PMD) qui a toujours soutenu que «c'est le plus gros mensonge du sport mondial».

LA PRESIDENTE ROSE-MARIE HUNAULT REFUSE LA LIBERTE A DIACK

Face à cet état de fait, une source ayant pris part à l'audience confie à Sud Quotidien que les conseils de Lamine Diack ont aussitôt saisi les trois juges (toutes des femmes) chargées de l'affaire, notamment la présidente Rose-Marie Hunault afin que l'ancien président de l'IAAF puisse se rendre auprès de sa famille à Dakar. Mais la magistrate a été «impitoyable», confie notre source. Conséquence : le tribunal a opposé un refus catégorique à la requête et renvoyé les différentes parties en été prochain. Rappelons que l'ancien maire de Dakar a été arrêté à Paris depuis novembre 2015 et interdit de quitter le territoire français.

«C'EST TERRIBLE POUR MOI»

A sa sortie d'audience, Lamine Diack n'a pas caché son amertume et sa désolation, de devoir attendre encore plus de cinq mois pour pouvoir se défendre. «Je pensais qu'on avancerait rapidement et que je me rapprocherai d'un retour à Dakar. Malheureusement, il faut attendre. C'est tout ce qu'on peut faire. Je sais que tout le monde voudrait me voir à Dakar», a déclaré à RFM l'ancien président de l'IAAF.

«Les Sénégalais ont envie de me voir, mais j'ai davantage envie de les voir aussi. J'essaie d'ailleurs de me maintenir en position présentable. Rester neuf mois hors de Dakar, c'est terrible pour moi. Maintenant, c'est presque quatre ans, c'est 51 mois», a lâché Lamine Diack au micro des médias à sa sortie d'audience.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.