Cameroun: Elections municipales et législatives - Le ministre Atanga Nji menace le front du boycott du MRC.

14 Janvier 2020

Les gouverneurs des dix régions sont réunis en leur conférence semestrielle. Autour du ministre de l'administration territoriale Paul Atanga Nji. Ils ont reçu instruction de procéder à des campagnes de sensibilisation des populations sur les actions du gouvernement. Dans la foulée, le ministre s'insurge contre le front de boycott et menace.

S'il est vrai que le gouvernement ne constitue pas un parti politique et n'a investi aucun candidat dans le cadre des municipales et législatives du 9 février 2020, il est constant que le ministre de l'administration territoriale a mis les gouverneurs de régions en « campagne de sensibilisation des populations sur les actions du gouvernement ». Et surtout s'est érigé contre le front du boycott de parti d'opposition.

Pour Paul Atanga Nji, « Boycotter une élection c'est lutter contre le développement. Prêcher le boycott des élections c'est afficher un comportement anticonstitutionnel et antirépublicain ». Aussi, s'est-il engagé à « employer des grands moyens pour réduire au silence les acteurs politiques qui sortiront des rangs ». Ceux qui feront tout pour empêcher les autres Camerounais à exercer leur droit de vote le jour du scrutin. Pour le quotidien La Nouvelle Expression « fidèle à lui-même le ministre de l'administration territoriale n'a pas hésité à verser dans la menace »

Le ministre a sorti les muscles engageant le gouvernement dans un ton menaçant « Face à de tels comportements obscurantistes et rétrogrades, les muscles de l'Etat se mettront en branle et toute velléité de désordre venant de quiconque et indépendamment de son statut social sera traité avec fermeté conformément aux lois de la République ». Dans son collimateur un parti politique : Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Face au déploiement du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) sur le terrain dans le but d'emmener les Camerounais à boycotter le double scrutin du 9 février, le Ministre a mis au point une stratégie « Les gouverneurs des régions et les autorités administratives doivent multiplier des tournées dans leurs unités de commandement respectifs pour donner la bonne information aux populations et montrer ce que le gouvernement fait pour assurer leur bien-être »

Au demeurant, la tenue de cette double élection s'amenuise notamment dans les régions du NOSO en proie aux attaques des sécessionnistes. Aussi, réagissant à l'appel du ministre et pour le gouverneur de la région du sud-ouest en proie aux velléités sécessionnistes, Bernard Okalia Bilai, il existe des irrédentistes qui essaient de traumatiser les populations. Mais le gouverneur reste confiant « Nous allons surmonter les petits derniers écueils. Je parle de ceux des irrédentistes qui continuent à vouloir traumatiser les populations ».

Même son de cloche pour le gouverneur du Nord-ouest, une autre région sous la menace des « amba boys ». Depuis bientôt quatre ans. Pour Adolphe Lele Lafrique, c'est vrai que nous avons quelques poches de résistance dans certains départements que les forces de défense sont entrain de traiter.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.