Congo-Kinshasa: Voyage de Vatican - Félix Tshisekedi a échangé avec le cardinal Fridolin Ambongo

De la visite officielle que le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, s'apprête à effectuer incessamment au Vatican, il en a été abondamment question au cours de l'audience qu'il a accordée au Cardinal Fridolin Ambongo, le lundi 13 janvier, au Palais de la nation.

Tout serait quasiment prêt, à en croire des indiscrétions, quitte à procéder aux derniers réglages. C'est d'ailleurs à cette fin que l'ancien évêque métropolitain de Kinshasa a été reçu par le président de la République qui, faut-il le rappeler, avait déjà eu une entrevue en privé à la basilique Saint-Pierre de Rome dans la foulée du Consistoire lié à la création de treize cardinaux - dont l'archevêque Ambongo - au mois d'octobre 2019. Les deux personnalités avaient convenu de se retrouver pour une prochaine entrevue dans le cadre d'une visite officielle. Ce qui est en train d'être fait.

Le cardinal Fridolin Ambongo a saisi l'opportunité de l'audience lui accordée par le chef de l'Etat pour lui faire rapport de sa récente visite de compassion effectuée dans la province du Nord-Kivu, principalement dans la zone trouble de Beni- Butembo en mettant une emphase particulière sur les souffrances qu'endurent les populations meurtries de ce coin du pays. Le prince de l'Eglise a salué la détermination et la volonté exprimées par son interlocuteur de venir à bout des forces négatives qui empestent cette partie de la République qui a tant souffert des affres d'une guerre asymétrique imposée par des groupes armés, tant nationaux qu'étrangers. Il a loué la détermination du chef de l'Etat, sur base des éléments sur lesquels ils avaient échangé, à trouver une solution rapide à la souffrance des frères et sœurs de l'Est, mais surtout, « sa détermination à mettre tous les moyens au service de l'armée pour que les Fardc puissent donner le meilleur d'elles-mêmes et terminer avec cette affaire d'égorgement dans l'Est ».

Décrivant le triste tableau de la réalité sociale vécue à Beni et ses environs, le cardinal Fridolin Ambongo a exprimé son dépit face à la précarité de vie que mène la population de Beni. « J'ai vu une population traumatisée, surtout dans la partie Beni. Personne ne peut comprendre comment des êtres humains peuvent faire ça à leurs frères et à leurs sœurs. Ça m'a beaucoup affecté en tant que pasteur. Nous ne pouvons que faire ce qui relève de nous. Nous sommes des hommes de Dieu, nous essayons d'accompagner, d'encourager et de manifester notre sollicitude vis-à-vis de ce peuple. Il est aussi de notre devoir d'échanger avec l'autorité pour voir comment renforcer l'action de notre armée », a-t-il indiqué.

Des mots qui, sans aucun doute, ont réconforté le chef de l'Etat dans son obstination à pacifier cette partie du territoire national et à y restaurer l'autorité de l'Etat. Sur la même lancée, Félix Tshisekedi a rassuré son hôte sur le fait que, sous son mandat, aucune portion du pays ne sera rayée de la carte géographique de la République démocratique du Congo appelée à demeurer, contre vents et marrées, dans sa superficie de 2.345.410 km2.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.