Afrique: L'Ambassadeur du Royaume-Uni s'exprime sur le sommet d'investissement UK-Afrique 2020

14 Janvier 2020
interview

En prélude du Sommet International d'Investissement UK-Afrique prévu le 20 janvier 2020 à Londres, l'Ambassadeur du Royaume-Uni en Guinée s'est largement exprimé sur l'importance et les avantages de cet événement, lors d'un entretien qu'il a accordé à quelques médias de la place dont Aminata.com fait partir, mardi 14 janvier 2020, dans les locaux de ladite Ambassade.

Dans son intervention, le diplomate, M. David MCILROY s'est pas échappé des questions à savoir la rareté de son pays dans le financement des infrastructures en Guinée, de ce que l'Afrique peut s'attendre après ce sommet et le profit que la Guinée peut en tirer lors du sommet dont 20 pays africains doivent prendre y part

Nous avons été témoins de beaucoup de sommet ces dernier temps en Afrique et d'autre pays d'Europe. Et maintenant nous avons le sommet qui sera le 20 janvier prochain. Cela ressemble à une conquête de l'Afrique. Dites-nous est ce que c'est le cas du Royaume-Uni ?

Non pas du tout. Il ne s'agit d'une conquête mais plutôt de renforcer et d'élargir nos relations commerciales avec l'Afrique qui dispose d'un potentiel économique conséquente.

Donc, pour nous, plus spécifiquement pour la Guinée, il s'agit accroître les investissements britanniques dans d'autres secteurs comme l'industrie, la transformation et l'innovation.

Le cas du Royaume Uni est spécifique car nous nous préparons l'après Brexit. De ce fait nous comptons élargir notre partenariat avec l'Afrique. J'espère que cela sera une réussite pour l'Afrique ainsi que pour nous.

Dites-nous pourquoi la Grande Bretagne est plus absente dans le financement des infrastructures en Guinée ?

Cela n'est pas le cas. La Guinée n'est pas si connu au Royaume Uni, mais avec l'ouverture de l'économie depuis 2010, il y a plus d'intérêt du Royaume-Uni en Guinée. Nous voyons de plus en plus que le climat des affaires deviennent favorable.

Je précise que nous avons beaucoup d'entreprises britanniques qui ont investi en Guinée. Je peux citer Alufer, et les investissements de CDC à ONOMO, et à Tè Power dans le secteur de l'énergie, et d'autres échanges commerciaux au niveau des services.

Tous ces investissements sont un exemple parfait de la collaboration entre la Guinée et le Royaume-Uni et c'est cela que nous souhaitons accroître.

Quand on parle du sommet d'investissements en Afrique, de quoi il s'agit ?

Le 20 janvier, Londres abritera le sommet d'investissement en Afrique. C'est un rendez-vous international où une vingtaine de pays africains seront présents.

Les chefs d'Etat et leurs délégations, les entreprises privées, ainsi que les médias d'Afrique seront vivement représentés. La Guinée est invitée à y prendre part.

D'ailleurs, le Président Alpha Condé y est attendu. L'Ambassade du Royaume-Uni en Guinée est dans les préparatifs et surtout est très ravi de voir l'intérêt que la Guinée porte à cette rencontre.

Le sommet d'investissement en Afrique est une première pour le Rouyaume-Uni. Il contribuera à mettre en place de meilleures politiques et procédures pour attirer des investissements britanniques plus nombreux et de meilleure qualité en Afrique.

L'objectif de ce sommet est de permettre de conclure des accords d'investissement, de créer des emplois et de présenter l'offre unique du Royaume-Uni à l'Afrique.

Nous voulons que le Royaume-Uni soit le partenaire de choix pour l'Afrique et l'investisseur ayant le plus grand impact, en termes d'emplois de qualité, de croissance et de développement économique durable.

Le potentiel économique de l'Afrique est important et son succès est important pour le Royaume-Uni.

Ainsi, nous espérons que le sommet créera des partenariats qui généreront plus d'exportations, d'emplois et de croissance économique, ce qui profitera aux économies africaines et Britanniques en mettant l'accent sur les femmes et les jeunes.

Le sommet d'investissement en Afrique sera l'occasion de renforcer les relations entre le gouvernement de la Guinée et le gouvernement du Royaume-Uni, et améliorera l'engagement commercial des deux pays.

A quoi peut-on s'attendre après ce sommet ?

Le sommet va permettre au raffermissement entre la Guinée et le Royaume-Uni qui va résulter plus de commerce et d'échanges de technologie entre nos deux pays.

A ce sommet, plus de 20 entreprises privées Guinéen sont invités et nous espérons qu'ils vont instaurer de fortes relations avec les entreprises britanniques dans le but de construire un vrai partenariat dans leurs domaines respectifs et les encourager à venir Investir en Guinée.

 Quel profit la Guinée peut en tirer lors de ce sommet?

L'un des objectifs de ce sommet est de présenter aux délégations des pays invites l'offre du Royaume-Uni en termes d'accès au financement, de recherche et de développement, de technologie et en termes de bonne gouvernance.

C'est connu de tous que la Guinée est un pays très riche avec un grand potentiel minier, agricole et énergétique (hydroélectrique).

Donc a ce sommet, il sera question de mettre ensemble les autorités guinéennes et britanniques, les entreprises britanniques et guinéennes, et les institutions de développement pour discuter des projets qui ont besoin d'investissement.

C'est à la sortie de ces rencontres que nous saurons concrètement ce que la Guinée pourra en tirer.

Selon vous, qu'est-ce que le continent africain doit faire pour attirer plus d'investisseurs dans le cadre de la création d'emploi.

Les gouvernements doivent continuer des reformes et faire autant que possible pour améliorer le climat des affaires.

Les règles et réglementations mises en œuvre créeraient plus de transparence et lutteraient contre la corruption. Ce qui encouragera l'investissement direct étrangers.

Ensuite, il est important de mettre des politiques économiques en place e vue de diversifier l'économie. Par exemple, en investissant dans les secteurs à haute intensité de mains d'œuvre comme l'agriculture, l'industrie et la construction.

Investir davantage dans l'éducation pour combler le déficit de compétences; cela permettrait aux jeunes guinéens d'acquérir éventuellement des compétences que les investisseurs rechercheraient.

Et promouvoir l'esprit d'entreprise chez les jeunes en leur apportant des appuis en termes d'accès au financement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.