Congo-Kinshasa: Kinshasa - Les médecins de Kinshasa en grève

Ce mardi 14 janvier 2020, les médecins de Kinshasa ont déclenché un mouvement de grève, avec un «service minimum». L'objet de leurs revendications tourne autour de la liquidation des arriérés de rémunération, l'alignement de la rémunération des médecins à la hauteur de ce qu'ils perçoivent depuis déjà plusieurs mois en termes de référence dans le calcul de la prime de risque ainsi que la nomination en grade des médecins. C'est après une réunion du conseil provincial du Syndicat National des Médecins (SYNAMED) et après avoir recueilli les avis des médecins, que cette décision a été prise.

«Après compilation des avis exprimés en Assemblée générale, il se dégage que les médecins de la ville de Kinshasa ne s'opposent pas au prélèvement de l'IPR (Impôt professionnel sur la rémunération Ndlr), mais le conditionne par des réponses positives aux problèmes plusieurs fois posés dans notre cahier des charges», lit-on dans le communiqué.

Il sied de rappeler que, dans une correspondance adressée au Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba le vendredi dernier, les médecins de Kinshasa ont menacé d'entrer en grève si le gouvernement n'accédait pas à leurs revendications. Ils réclament, entre autres, la prise en compte de tous les médecins non payés et de la mise en retraite des médecins qui ont rendu d'énormes services à la nation, la prise en charge des frais funéraires des médecins décédés et l'octroie d'une allocution substantielle à leurs progénitures.

Le ministre de la Santé, Eteni Longondo, a de sa part, invité les médecins à ne pas déclencher un arrêt de travail et annonce qu'il y a un atelier qui sera organisé par la Fonction Publique pour débattre de toutes leurs revendications. «Le conseil des ministres avait levé l'option de voir l'exécutif et les délégués syndicaux de différents services publics se retrouver en atelier résidentiel afin d'harmoniser les vues sur la question relative à la retenue de l'IPR. C'est à cet atelier que nous allons discuter et nous pensons qu'il y aura une solution. Je ne sais pas quand est-ce que cet atelier va démarrer. Si pas demain, ça sera après demain. Ça peut prendre 24 heures ou 48 heures, tout simplement pour qu'on puisse réfléchir afin de satisfaire les revendications des médecins», a déclaré le ministre de la santé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.