Cote d'Ivoire: Institutions de nouvelles contraventions municipales à Yopougon - La mairie s'explique

Scène de rue à Yopougon

Des chauffeurs de Gbakas et taxi woro woro de Yopougon ont arrêté le travail le mardi 14 janvier 2020 pour protester contre le conseil municipal qui a institué de nouvelles contraventions.

Selon la mairie de Yopougon, à travers sa Direction communication média et multimédia, le député-maire de Yopougon, Gilbert Koné Kafana a pris un arrêté portant règlement de police en matière d'usage des voies routières.

Cet arrêté fixe les montants des contraventions sur les mauvaises conduites automobiles, en vertu des dispositions du décret 2016-864 du 3 novembre 2016, fixant les amendes de 10. 000 CFA à 360. 000 FCFA assortie de peine de prison de dix jours à 2 mois sur les contraventions de 3ème classe (Article 256 du décret 2016-864).

Selon la mairie, contrairement aux rumeurs, il ne s'agit ni taxe ni d'impôts, mais d'amendes sur les infractions.

Ces mesures ont pour effet d'être dissuasives afin de mettre fin au désordre urbain qui règne dans la commune. Yopougon enregistre environ 3. 000 accidents de circulation pour l'année 2019 selon le GSPM, ce qui équivaut à 10 accidents par jour.

Les embouteillages dans la commune étouffent toutes les activités socio-économiques. Il est à noter que ces mesures ne concernent pas uniquement le monde des transports.

L'interdiction d'uriner dans la rue, et le déversement de boue de vidange dans les caniveaux ne concerne pas uniquement les transporteurs, qui ne sont d'ailleurs pas spécifiquement visés par les mesures de lutte contre le désordre urbain, a indiqué la réaction de la mairie, tandis que des observateurs assurent que l'arrêté de la mairie n'a pas de base légale, au motif que c'est le ministère des Transports seul, qui est habilité à réprimer , en matière de transport.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.