Burkina Faso: Faîtière unique des transporteurs routiers - Une grève illimitée si...

La Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB) dont l'existence, selon ses membres, a été voulue par la Banque mondiale et le gouvernement, fait face à des « blocages » en ce qui concerne sa mise en place.

Compte tenu des démarches infructueuses pour résoudre ce problème, les membres des 19 organisations socio-professionnelles de transporteurs routiers ont, lors d'une conférence de presse tenue le 14 janvier 2020 à Ouagadougou, annoncé une grève illimitée à compter du 16 janvier 2020 si rien n'est fait avant cette date.

Elle se définit comme la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina. La FUTRB, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, est une structure composée de dix-neuf organisations socioprofessionnelles des transporteurs routiers du Burkina et toujours en gestation, eu égard aux difficultés qui émaillent sa mise en place.

Pourtant, l'idée même de créer cette structure émane du gouvernement et de la Banque mondiale, a confié Bonaventure Kéré, membre de la FUTRB et par ailleurs secrétaire général des transporteurs routiers et voyageurs du Burkina (SNTRV-B).

En effet, selon lui, « c'est la Banque mondiale et le gouvernement qui ont exigé que les transporteurs parlent d'une seule et même voix pour la sécurité de l'approvisionnement de notre pays en biens divers ».

C'est ainsi que les transporteurs ont décidé ensemble de créer cette faîtière, a expliqué Bonaventure Kéré. Cependant, son existence tarde à se concrétiser à cause de « raisons subjectives », a affirmé le SG du SNTRV-B.

Au nombre de ces raisons, il a invoqué le report à la dernière minute du congrès constitutif de ladite faîtière, initialement prévu pour les 7 et 8 septembre 2019 à Bobo-Dioulasso, et les « tergiversations du premier responsable du ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière ».

En vue d'obtenir gain de cause à ce sujet, les acteurs du monde des transports ont adressé une note le 2 janvier 2020 au Premier ministre où ils mentionnaient, entre autres, leur désapprobation de l'ingérence des chauffeurs dans la mise en place de la faîtière, leur souhait de la réglementation de la gestion du fret et de l'implication du chef du gouvernement dans la programmation du congrès constitutif de la faîtière.

Pour résoudre une fois pour toutes le problème de la faîtière, ses membres disent accorder jusqu'au 15 janvier 2020 aux autorités afin que soient levés les « blocages » à la mise en place de la structure des transporteurs routiers.

Faute de quoi, ils ont prévenu qu'ils se mettraient en grève illimitée dès l'échéance de cet ultimatum ; chose qui aura pour conséquence l'arrêt du trafic de tous les produits à destination du Burkina des livraisons, du transport de voyageurs sur toute l'étendue du territoire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.