Algérie: Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement

Alger — Le président de l'Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA), El Hadj Tahar Boulenouar a plaidé, mardi à Alger, pour une révision du découpage actuel des zones industrielles pour la création de zones spécialisées en fonction des filières de production et des lois régissant l'investissement afin d'aplanir toutes les entraves à la promotion de la production nationale.

S'exprimant lors d'une conférence sur "Les défis de la promotion de la production nationale", M. Boulenouar a estimé "impérative la révision du découpage actuel des zones industrielles pour la création de zones spécialisées en fonction des filières de production", affirmant que "plus de 20.000 hectares de terrains octroyés dans le cadre de l'investissement demeurent non-exploités.Concernant l'investissement, le président de l'ANCA a appelé à la révision des lois régissant l'investissement afin de lever tous les obstacles bureaucratiques et administratifs en vue de promouvoir le produit local, plaidant, dans ce sens, pour un guichet unique centralisant tous les domaines d'activité commerciale et industrielle dans le but de faciliter les procédures d'investissement.

Soulignant la nécessité d'inciter les investisseurs à s'orienter vers la production et l'investissement locaux, M. Boulenouar a estimé cruciale la réunion de toutes les conditions à même de permettre de concurrencer le produit étranger, et ce à travers la révision de la loi régissant les soldes annuelles pour favoriser plus le produit local et l'organisation de salons spécialisés pour la promotion du produit national.Par ailleurs, M. Boulenouar a préconisé la prise de mesures à même d'obliger les producteurs et les importateurs de communiquer périodiquement les prix de leurs produits ainsi que la marge de bénéfice en vue d'éviter les augmentations anarchiques, mettant en avant la nécessité de redynamiser le rôle du Conseil de la concurrence, qu'"il faut appuyer de tous les moyens juridiques et matériels pour qu'il puisse exercer son rôle et ses pleins pré rogatives", a-t-il ajouté.

De son côté, le président de l'Association algérienne de protection et d'orientation du consommateur et de son environnement (Apoce), Mustapha Zebdi, a précisé que le plus important enjeu pour l'économie nationale "est la focalisation sur les petites et moyennes industries (PMI), comme c'est le cas dans certains pays en développement, forts économiquement, au lieu des industries lourdes, plus coûteuses et complexes".Mettant l'accent sur l'impératif d'organiser le tissu industriel national et de l'assainir de "tous les aspects de l'anarchie", car "l'industrie anarchique est plus dangereuse que le commerce anarchique",a-t-il estimé.Il a souligné, à ce propos, la nécessité de revoir les mécanismes d'action du Conseil de la concurrence en le dotant de toutes les prérogatives juridiques, y compris l'auto-saisine et le recours à la justice.

En réponse à une question sur la hausse de prix des produits de large consommation, dénoncée par l'Apoce, M. Zebdi a indiqué que "les augmentations anarchiques sont injustifiées, en dépit de la prise de certaines mesures fiscales au titre de la loi de Finances 2020, car étant des augmentations exorbitantes qui ne reflètent pas la valeur de ces nouvelles mesures".Dans le même ordre d'idées, le président de l'Apoce a appelé à l'affichage des prix de produits de large consommation ainsi que la marge bénéficiaire sans plafonnement des prix afin de contrer les hausses anarchiques injustifiées et sauvegarder le pouvoir d'achat".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.