Congo-Brazzaville: Littérature - Hommage à Gabriel Okoundji le 31 janvier

Le poète congolais sera à l'honneur le 31 janvier à l'Institut français du Congo (IFC) à travers une série d'activités saluant son parcours ainsi que ses œuvres.

Organisé par l'IFC, l'hommage à Gabriel Okoundji s'articulera autour de trois moments clés : la rencontre littéraire avec quelques écrivains du livre « Ecrire à Pointe-Noire » ; la projection du film « Gabriel Mwènè Okoundji, le dévoilement du monde » ; la carte Blanche à Gabriel « Mwènè » Okoundji.

Il y a deux ans, en début d'année 2018, paraissait aux Editions Acoria « Ecrire à Pointe-Noire », une anthologie réunissant vingt auteurs, sous la direction de Gabriel Okoundji et Caya Makhélé. Fruit d'une rencontre au sein de la phratrie congolaise, cette anthologie met en commun, au-delà des clivages de genres, les témoignages que portent sur leur pays et leur environnement les écrivains, les poètes, et les conteurs vivant sur le sol de Pointe-Noire, en République du Congo.

C'est dans cette perspective que s'inscrit la rencontre littéraire, où cinq de ces écrivains retraceront le parcours de cette anthologie. Il s'agit de : Kelly Mowendabeka, Huguette NGanga Massanga, Nathacha Makoumbou, Chardin N'Kala et Hugues Eta.

Après les échanges, le public sera invité dans la salle Savorgnan pour regarder le film, « Gabriel Mwènè Okoundji, le dévoilement du monde » de Luc Gétreau. Court-métrage de trente-huit minutes sorti en 2014 et à découvrir pour certains, sa projection sera suivi débat.

La journée d'hommage à Gabriel Okoundji se fermera par une carte blanche dédiée au poète congolais à travers la mise en scène du jugement et des danses traditionnels « Tégué », sa langue natale.

Ses origines, familiale et ethnique, le destinait à un avenir de Mwènè, c'est-à-dire de chef traditionnel. C'est ainsi que le poète Gabriel Okoundji ouvrira un pan des univers de sa terre natale, en invitant le public à découvrir ce spectacle ancestral d'une part, et de l'autre, la loi traditionnelle sur le « Onkani » ou « Otwèrè », sous la haute autorité du Mwènè. Deux éléments au cœur de la culture des « Tégué » de la région de la Cuvette-Ouest.

Né en 1962 à Ewo, dans le département de la Cuvette-Ouest, Gabriel Okoundji est psychologue-clinicien et écrivain-poète, résidant à Bordeaux (France). Dès le début des années 1990, il se lance dans la poésie et depuis, il a déjà publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels : Prière aux Ancêtres (Editions Fédérop), Prix PoésYvelynes 2008 ; Souffle de l'horizon Tégué (poèmes audio), Prix « Coup de Cœur 2008 » de l'Académie Charles Cros ; Vent fou me frappe (Fédérop) ; L'Âme blessée d'un éléphant noir (William Blake & Co) ...

Par ailleurs, il a aussi remporté plusieurs prix dont les plus récents sont : Prix Léopold Sédar Senghor de poésie 2014 du Cénacle Européen Francophone, pour l'ensemble de son œuvre ; Prix Mokanda 2014, pour l'ensemble de son œuvre ; Grand Prix des Arts et des Lettres de la République du Congo, 2015, pour l'ensemble de son œuvre ; Prix International de Poésie Antonio Viccaro, Canada, 2015, pour l'ensemble de son œuvre, etc.

Gabriel Okoundji est aujourd'hui considéré comme une figure majeure de l'actuelle génération des poètes africains et francophones. Depuis 1993, ses poèmes sont régulièrement traduits en Occitan dans la revue Oc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.