Congo-Brazzaville: Prison centrale de Makala - La FBCP dénombre 25 décès du 1er au 13 janvier

L'ONG sollicite l'implication de la communauté internationale : l'Union européenne, les Etats-Unis d'Amérique, le Canada, les pays scandinaves, l'Asie, l'Afrique du Sud, le Nigéria, le Ghana, en bref les pays de l'Union africaine, etc., pour apporter une assistance multi-forme à la Croix-Rouge internationale et autres ONG qui travaillent pour l'amélioration des conditions des prisonniers préventifs.

Pour la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP), les morts quotidiennes dans les prisons de la République démocratique du Congo (RDC) ne datent pas d'aujourd'hui. Mais, fait savoir cette organisation, ces derniers temps, le nombre de décès est à la hausse dans toutes les provinces du pays. « Par exemple, à partir du mois d'octobre 2019 et le mois de janvier en cours, la province de l'Ituri a connu quarante-neuf cas de décès, au Sud-Kivu, on parle de soixante-neuf décès, Angenga compte onze morts, à Goma, on dénombre quarante-quatre morts, etc. », a indiqué la FBCP dans son communiqué du 14 janvier 2020.

A en croire cette ONG de défense des droits de l'homme, à Kinshasa, siège des institutions de la République, il a été enregistré plus de vingt-cing décès entre le 1er et le 13 janvier 2020. Ce nombre macabre des détenus décédés dans la prison centrale de Makala, souligne cette organisation, est dû au manque de nourriture et de médicaments pour les soins de base. Citant certaines sources d'information, la FBCP indique que les 40% débloqués par le ministre des Finances, José Sele, avaient uniquement servi à payer les dettes impayées depuis quatre mois.

Donnant la liste des vingt-cinq détenus préventifs morts en prison entre le 1er et le 13 janvier 2020, la FBCP indique que le manque de nourriture et de médicaments est signalé partout dans les provinces et a comme conséquences ces décès décriés des détenus.

Face à cette situation, la FBCP, qui se dit très préoccupée par ces cas des morts quotidiennes dans les prisons de la RDC, sollicite l'implication de la Communauté internationale telle que l'Union européenne, les Etats-Unis d'Amérique, le Canada, les pays scandinaves, l'Asie, l'Afrique du Sud, le Nigéria, le Ghana, en bref les pays de l'Union africaine, etc. Cette ONG dit attendre de la Communauté internationale d'apporter une assistance multi-forme à la Croix-Rouge internationale et autres ONG qui travaillent pour l'amélioration des conditions des prisonniers préventifs. La Communauté internationale devrait également, à en croire cette organisation, apporter une assistance aux ONGDH locales et internationales pour envisager une poursuite contre l'Etat congolais et le ministère public. Alors que l'Union européenne devrait, par contre, condamner le gouvernement de la RDC pour non-assistance à personne en danger.

Cette organisation appelle, par ailleurs, la Commission des droits de l'homme des Nations unies à sanctionner la délégation de la RDC dans les séances de travail. Alors qu'elle exhorte les Nations unies à prendre des mesures très sévères contre la RDC. Sur le plan local, la FBCP recommande au président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à sanctionner tous ses ministres et les magistrats qui sont à la base de ces décès quotidiens des prisonniers et des détenus préventifs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.