Togo: Le Plan Opérationnel de Gestion de la Transhumance 2020 sera exposé aux participants

Nombreuses seront les communications qui vont meubler le 12ème Forum National du Paysan Togolais. De ces communications, il y en aura qui portera sur l'élevage togolais. Pour ce démembrement dont le ministre Noel Koutéra Bataka a la gestion, il sera présenté à Kara, "le Plan Opérationnel de Gestion de la Transhumance (POGT) 2020".

Les enjeux et défis liés à la transhumance transfrontalière étant désormais partagés par tous les pays de la sous-région sans exclusive, et les dérives pouvant résulter de la gestion malencontreuse ou controversée de ce mode d'élevage (qui pourtant est perçu comme étant un des facteurs d'intégration entre les peuples), la marginalisation de certaines communautés, pouvant constituer des germes de déstabilisation de la sous-région, qui fait également face à d'autres défis notamment les crises alimentaires et nutritionnelles, aux effets négatifs du changement climatique et à l'insécurité transfrontalière, il urge bel et bien une prise en compte de la problématique de la transhumance par les plus hautes instances des régions comme la CEDEAO.

C'est alors que les autorités togolaises conscientes de ce qu'aucun pays ne saurait se complaire dans un élevage qui lui crée énormément de problèmes et fragile la coexistence entre les acteurs, ont fait un diagnostic et proposé des solutions pour assurer une coexistence pacifique entre les peuples de l'espace CEDEAO.

D'où la naissance de ce plan de gestion de la transhumance assorti d'un plan opérationnel POGT adapté aux nouveaux enjeux relevés au cours des différentes campagne de transhumance, a été mis en œuvre.

C'est donc ce plan qui fera l'objet de communication au 12ème FNPT (Forum National du Paysan Togolais qui a lieu du 23 au 25 Janvier prochain à Kara dans le Nord du Togo.

Face aux différents défis qui se posent aux différents acteurs du monde de l'élevage, le document du ministère en charge de l'Agriculture et du secteur de l'élevage au Togo, et de ses services techniques, trace des pistes pour la gestion de la transhumance.

Il s'agit entre autres de « renforcer le contrôle physique des bouviers aux points d'entrée et la collaboration transfrontalière et tout le dispositif sécuritaire dans la gestion à travers la sensibilisation des populations sur la mise en place d'un système d'alerte précoce multisectoriel », « prendre des textes administratifs et juridiques nécessaire définissant clairement les dispositions de pénalités relatives au pâturage nocturne, à l'entrée précoce et au départ tardif ainsi que la sédentarisation clandestine », « demander aux pays de provenance des animaux d'organiser en amont les transhumants en partance conformément aux textes communautaires en vigueur en la matière », « commanditer une étude approfondie sur l'étendue des espaces, la disponibilité en fourrages, en eau ... etc. pour le ranching et acquérir les domaines (achat ou bail) conformément au code foncier domanial en vigueur au Togo », « intensifier l'épidémio-surveillance des maladies animales » et « impliquer fortement les Rugga, les chefs peulhs, les chefs des communautés des éleveurs et les organisations des éleveurs et les impliquer dans la gestion ».

On en retient également que pour la campagne 2019, les résultats déjà enregistrés par le plan opérationnel de gestion 2019, sont satisfaisants vu qu'il a permis au Togo d'enregistrer « zéro (0) conflit mortel en 2019 comme en 2017 et 2018 », « 08 incidents mineurs contre 09 incidents en 2018 », « 10 370 têtes de bovins enregistrés pour une perception de taxe de 56 548 000 en 2019 contre 30 077 têtes de bovins transhumants en 2018 pour une perception de taxe de 65 000 000FCFA ».

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.