Seychelles: Le pays accueille une réunion entre l'UE et les États africains sur un partenariat économique

Les Seychelles accueillent pour la première fois des négociations entre l'Union européenne (UE) et les États de l'Afrique australe orientale qui se concentrent sur la mise en œuvre d'un partenariat économique intérimaire.

Les négociations de deux jours ont commencé mardi au Centre international de conférences des Seychelles à Victoria.

Le négociateur en chef de l'accord commercial pour les Seychelles, Charles Morin, a déclaré aux journalistes que l'un des objectifs des négociations est d'examiner les progrès réalisés par les pays membres.

L'accord de partenariat économique intérimaire de l'UE et des États de l'Afrique australe orientale (iEPA) a été signé par Madagascar, Maurice, les Seychelles et le Zimbabwe en août 2009. L'année dernière, les Comores sont devenues le cinquième pays à signer l'accord.

Dans son discours d'ouverture, l'ambassadeur de l'UE Haymandoyal Dillum a déclaré que la relation entre les États signataires et l'UE revêt une grande importance stratégique pour le développement économique de chaque État membre.

"À une époque où il semble y avoir une tendance croissante au protectionnisme, en particulier dans le commerce international, nos relations sont restées fermes dans notre engagement réciproque est en effet rafraîchissant. Il est nécessaire de consolider ce partenariat", a déclaré M. Dillum.

Le négociateur en chef des Seychelles a déclaré que les pourparlers "examinent également les différents types d'assistance et de soutien que l'UE nous a accordés, ainsi qu'aux pays membres, car certains défis sont à relever lors de la mise en œuvre de l'accord".

Depuis la ratification de l'accord de partenariat économique provisoire en mai 2010, les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, ont respecté pleinement 42%, sensiblement 36% et partiellement 20% des dispositions et engagements pris.

"Il y a certains secteurs de l'accord que nous rencontrons des difficultés à mettre en œuvre. Dans ce cas, nous exprimons notre préoccupation et voyons comment l'UE pourrait nous aider afin que nous puissions répondre aux attentes de l'accord", a déclaré M. Morin.

Les Seychelles rencontrent des difficultés et obtiennent le soutien de l'UE, dans le secteur de la pêche, le deuxième pilier de l'économie de la nation insulaire.

"Dans l'accord, l'UE a soulevé un problème selon lequel, avant d'exporter du poisson vers le marché européen, il est nécessaire que l'exportateur produise un certificat de capture. Le problème est que cela prend parfois trop de temps à l'opérateur (bateau de pêche) pour donner un certificat de capture à l'exportateur. Dans certains cas, le poisson a déjà été expédié, alors que le certificat n'a pas atteint l'UE, ce qui impose un fardeau à l'importateur, qui doit payer plusieurs frais de port ", a-t-il déclaré.

Les Seychelles recevront 10 millions d'euros de l'Union européenne dans le cadre d'un nouveau contrat signé en novembre dernier pour soutenir la mise en œuvre de l'accord de partenariat économique actuel.

Un autre problème pour les Seychelles est lié aux barrières commerciales, et M. Morin a déclaré qu'avec les États membres "nous avons identifié certains problèmes qui seront soulevés au cours des négociations et nous espérons trouver des solutions".

Les autres domaines qui seront discutés lors de la réunion seront la libre circulation des marchandises qui comprend les règles d'origine, les obstacles techniques au commerce, les douanes et la facilitation des échanges, les marchés publics, les droits de propriété intellectuelle, le commerce et la concurrence, l'agriculture, la prévention et le règlement des différends et autres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.