Mali: Bamako - La pénurie fait exploser le prix du gaz butane

« C'est 6.000 Fcfa. A prendre ou à laisser ». La décision du vendeur de gaz est des plus radicales. D'une taille moyenne, barbe de bouc, il range une dizaine de bombonnes vides devant sa quincaillerie, à l'entrée du marché de Dibida non loin d'une bâtisse de l'Etat en pleine rénovation.

« Ok, je prends malgré le prix extrêmement cher » murmure la cliente qui ne tarda pas à attacher comme un fagot de bois la bonbonne de gaz, avant de grimper sur sa moto et se fondre dans le magma d'engins de la circulation routière.

Le gaz est introuvable. Devenue une denrée rare, la bombonne chargée n'est plus livrée aux revendeurs. Aux abois, les opérateurs du gaz multiplient les contacts. Ils déclarent, urbi et orbi, qu'ils risquent de fermer boutique.

Le cri de cœur ne semble pas avoir trouvé échos auprès des pouvoirs publics auxquels les opérateurs réclament un cumul d'arriérées s'élevant à près de 7 milliards de Fcfa. Conséquence de ce retard de payement, les cuves sont vides.

C'est, du moins, ce que disent les opérateurs qui sont ont arrêté la distribution du gaz, depuis quelques semaines déjà.

Dans les unités de remplissage des opérateurs, pas âme qui vive. En dehors des gardiens et vigiles qui veillent sur les bombonnes de gaz vides, les cuves et quelques camionnettes de livraison garées çà et là.

Dans la rue, les bombonnes de gaz vides cherchent désespérément preneurs. Habituellement, la bouteille de 6 kg se change à 3.500 Fcfa. Aux 3,000 Fcfa qu'encaisse l'opérateur, il faut ajouter les 500 du livreur.

« Hier seulement, j'ai eu de la peine à avoir du gaz. Heureusement, j'en ai eu mais j'ai dû payer très cher : 6,500 Fcfa ! » raconte, avec colère, une ménagère habitant le quartier résidentiel de Faladjè Séma. Elle explique s'être habituée à l'utilisation du gaz à domicile, notamment, pour préparer le petits déjeuner et, surtout, chauffer de l'eau de bain, en ces moments de fraicheur.

Les opérateurs gaziers ont expédié, expressément, des correspondances aux autorités pour attirer leur attention sur l'état de leur trésorerie.

En face, les arguments avancés par les pouvoirs publics, bien que fondés parce qu'imputables à la crise sécuritaire, ne font manifestement pas l'affaire des opérateurs privés.

Ils veulent du « cash » pour payer les produits. Le Mali étant en guerre, l'attente risque de durer un peu plus longtemps.

C'est justement cette situation préoccupante que craignent Oudiari Diawara et ses collègues qui ont animé, jeudi, une conférence de presse, pour, disent-ils, démentir la rumeur selon laquelle les opérateurs gaziers font plutôt de la rétention.

« Nous ne sommes pas en grève. Pire, nous risquons de mettre la clé sous le paillasson si rien n'est fait pour payer les factures en souffrance » s'écrie le président des professionnels du gaz qui montre du doigt sa cour vide.

« Constatez vous-même, les travailleurs ne sont pas à leur poste habituel. Dire que nous refusons de vendre le gaz est une aberration dans la mesure où nous sommes privés de nos ressources pour acheter et importer du gaz », indique le conférencier, dans la salle de réunion de son entreprise à Banankabougou, « Depuis octobre 2018, nous n'avons pas été payé », soutient-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.