Burkina Faso: Cappuccino 4 ans après - Une plaie toujours rougeoyante

Le 15 janvier 2016, une indicible horreur s'abattait sur l'avenue Kwame NKrumah. 4 ans après l'attaque terroriste contre le Cappuccino et l'Hôtel Splendid, le souvenir reste vivace dans les esprits.

C'est la plus belle avenue de Ouagadougou, elle est devenue celle de tous les drames. Kwame NKrumah a subi deux épreuves du feu : le 15 janvier 2016 et le 13 août 2017. Chaque fois des vies heureuses qui profitaient de l'ambiance festive de cette rue autrefois animée ont été fauchées.

Comme si le temps qui passe n'effacera jamais les douloureux souvenirs, la stèle érigée à la mémoire des victimes de la première barbarie a parfaitement trouvé sa place sur un terre-plein en face du lieu de la tragédie. 30 noms y sont égrenés, de simples anonymes aux personnes plus ou moins connues comme la photographe Leila Alaoui.

La plupart étaient attablés ce fatidique soir de janvier sur la terrasse du café-restaurant Cappuccino. Mais les éclats de rire céderont la place aux râles des mourants quand à 19h 30 débarquent trois terroristes armés.

C'est le carnage. Leur basse besogne accomplie, ils mettent le feu à des véhicules stationnés, se retranchent où ils peuvent et tiennent tête aux forces de défense toute la nuit.

4 ans, jour pour jour après la tragédie, le Cappuccino qui tel un phœnix était né de nouveau de ses cendres le 10 juin 2017, grâce notamment à la folie de vivre de son patron, Gaetano Santomenna qui a perdu sa femme, son fils et sa belle-sœur dans l'attaque, présente un visage inhabituel. Ses portes sont closes.

Des bandeaux noirs barrent l'entrée principale. Pas donc de clients prenant leur petit-déjeuner comme tous les matins. Un calme de deuil a remplacé l'ambiance des jours de service. Sur l'une des portes vitrées, ce message : « Notre établissement sera fermé le 15 janvier 2020 en mémoire aux victimes de l'attaque.

Nos cœurs continueront de battre à travers eux. Nous vous remercions, chers clients, pour votre fidélité et votre confiance... » A notre demande, l'un des vigiles qui assurent la sécurité des lieux nous indique un bureau où nous pouvons rencontrer un responsable des lieux.

Peine perdue. « Si c'est le patron que vous cherchez, sachez qu'il était là ce matin mais il est rentré », nous informe un autre agent commis à la sécurité, après s'être enquis de l'objet de notre présence.

L'atmosphère pesante n'est pas sans rappeler le jour noir où l'établissement a été léché par les flammes. « Ce furent la peur et la débandade », se souvient encore une vendeuse de fruits à proximité, répondant à nos questions dans l'anonymat.

Qu'importe qu'elle ait retrouvé sa moto calcinée, elle brûle toujours des cierges pour remercier Dieu de l'avoir sauvée.

Si l'administration du Cappuccino a choisi de refaire le deuil en fermant ses portes, ce n'est pas le cas chez les deux autres établissements touchés cette nuit-là : l'Hôtel Splendid et le restaurant Taxi-brousse. Ils ont opté pour la poursuite de leur train-train quotidien, bon an mal an.

Résilience

Dans le hall tout comme sur la terrasse, les employés de Taxi-brousse sont à leurs occupations respectives, en attendant les clients dont la majorité viendra la nuit tombée. A la cuisine, la patronne, Zaïnatou Kontogomdé est au four et au moulin.

A la question de savoir quel souvenir elle garde de cette soirée du 15 janvier, c'est par un « ouf ! » qu'elle entame un récit qu'elle interrompt pour nous faire voir les impacts de balles encore visibles çà et là.

Du plancher au plafond, le plomb a laissé des traces indélébiles. Pour notre interlocutrice, ouvrir le bar en ce jour de douloureux anniversaire est une forme de résilience. « On ne peut pas arrêter de travailler ; ce serait faire plaisir aux terroristes », dit-elle.

Cette résilience suscite l'admiration de certains clients. « Beaucoup de gens passent ici nous encourager. C'est ce qui nous motive aussi à ne pas arrêter le travail», se réjouit dame Kontogomdé.

Mais elle ne le cache pas, l'activité économique, 4 ans après le drame, peine à retrouver son envergure d'antan sur Kwame NKrumah.

Le Taxi-brousse, dont le nom est associé à la tuerie, est frappé de plein fouet par cette paralysie de « KK », gagnée par la peur.Les tirs de sommation à la base aérienne, située à quelques jets de pierres de là, ont invariablement pour effet la débandade.

De ce fait, « Chaque fois qu'il y a des coups de feu, ici des clients commencent à détaler pour nous laisser des chaises renversées et des bouteilles cassées », explique celle qui dit gérer Taxi-brousse depuis 27 ans.

Au-delà de la peur, les sinistrés des attaques du 15 janvier déplorent une absence d'un soutien quelconque qui leur permettrait de redonner de l'envol à leurs activités.

« Depuis quatre ans, nous n'avons reçu aucune aide de la part des autorités. Chacun se débrouille comme il peut. Ailleurs, l'Etat aurait fait quelque chose pour les sinistrés », s'indigne Zaïnatou Kontogomdé.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.