Algérie: En 2019, les blocages d'Internet ont coûté très cher à l'économie

Les blocages d'Internet dans le monde coûtent cher et l'Algérie en fait les frais. Le pays a perdu 180 millions d'euros en 2019 en raison des coupures de réseau, d'après une étude réalisée par le site Internet TOP10VPN.

Les blocages d'Internet imposés par les autorités algériennes en 2019 ont duré 47 heures. Auxquelles il faut ajouter trois heures de blocage de la plateforme YouTube en août suite à la publication d'une vidéo dirigée contre l'ancien leader militaire Gaïd Salah.

L'épisode le plus important reste celui de septembre dernier. Internet a été bloqué en même temps que l'annonce de la tenue de nouvelles élections présidentielles pour décembre 2019. Le blocage a duré 36 heures et a coûté à l'Algérie 137 millions d'euros.

L'étude de TOP10VPN s'est appuyée sur des indicateurs clés de l'économie digitale. « On prend en considération la taille de l'économie et des transactions en ligne, explique le chercheur Simon Migliano, auteur de cette étude. En Algérie, il y a beaucoup de transactions sur Internet. Même les petits commerces dépendent des paiements en ligne. Les blocages affectent tout cela et aussi la circulation d'argent liquide. Si on ne peut pas concrètement accéder à l'argent ou le retirer, on ne peut pas l'utiliser. C'est un moyen pour le gouvernement de restaurer l'ordre, de garder le contrôle, en cas de risques ou de protestations populaires ».

Garder le contrôle coûte pourtant cher aux autorités algériennes. Rien qu'une heure de blocage vaut 500 millions de dinars, l'équivalent de presque 4 millions d'euros.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.