Sénégal: Diffamation - La Directrice du Cesti gagne son procès contre Mouminy Camara du SAES

15 Janvier 2020

Le secrétaire général du Saes/Cesti, Mouminy Camara a été déclaré, hier, coupable de diffamation au préjudice de la directrice du Cesti et de Dominique François Mendy, enseignant.

La directrice du Centre d'études des sciences et techniques de l'information (Cesti), Cousson Traoré Sall et Dominique François Mendy, enseignant à ladite école de journalisme ont gagné leur procès contre Mouminy Camara, secrétaire général du Saes/Cesti.

Le syndicaliste a été déclaré coupable de diffamation au préjudice des deux parties civiles. Toutefois, il est relaxé du délit d'injures publiques. Pour la répression, M. Camara a écopé de six mois assortis du sursis. Il est également condamné à allouer la somme d'un million de FCfa, à chacune des parties civiles.

Cette affaire évoquée le 26 décembre par la troisième chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar est la prolongation du bras de fer entre la directrice du Cesti et le Saes/Cesti né de la délivrance d'attestation de formation à 52 étudiants béninois.

Le syndicat avait, dans un communiqué, fustigé le non-respect de la procédure en taxant les parties civiles de tous les noms d'oiseaux.

« Mes problèmes avec le syndicat ont démarré depuis janvier avec l'affaire des gilets offerts par les Américains lors de la campagne électorale.

Avec la formation des étudiants béninois, je n'ai pas compris pourquoi on me traite de faussaire et d'avoir blanchi des attestations, alors que j'ai finalisé une formation suspendue depuis quatre ans. M. Camara est le coordonnateur de la formation continue », avait déclaré Mme Sall.

« J'enseigne depuis 1985, mais un jeune collègue me traite de chien. Même un chien, on lui donne de l'estime. Je trouve que ce n'est pas décent de s'adresser ainsi à son collègue », avait renchéri M. Mendy.

Cependant, lorsqu'il a été entendu, Mouminy Camara a refusé d'endosser la paternité car, disait-il, il engage les 10 membres du syndicat.

Par la suite, il avait laissé entendre que « le contenu de la citation, de façon partielle n'est pas avérée » car, on leur impute des propos qu'ils n'ont pas tenus. Mais le tribunal a estimé que le communiqué incriminé est bel et bien diffamatoire.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.