Madagascar: Partenariat Jirama / Satarem - Mettre fin aux ventes d'électricité à perte

SATAREM est une compagnie de Hong Kong, et non de Suisse comme l'ont affirmé les médias.

En pleine phase de redressement, la Jirama avance à grand pas dans son processus de transition vers l'exploitation des sources d'énergies renouvelables. Le 10 janvier dernier, la société d'État a signé un mémorandum d'entente (MOU) avec la compagnie SATAREM de Hong Kong pour la fourniture d'énergie à 100% solaire dans quelques localités, à savoir Sakaraha, Bekily et Maintirano. Ce mémorandum avec SATAREM est un coup réussi pour la Jirama. En effet, sa tarification de 0,13 dollars le kilowattheure est plus basse par rapport au tarif actuel de 0,30 dollars.

Avec ce prix, la compagnie nationale pourrait ne plus faire de ventes à perte comme ce serait le cas depuis bien longtemps. Les travaux d'installation des centrales solaires débuteront dans six mois après les études d'impacts socio-environnementaux. SATAREM utilisera la technologie de pointe « Full solaire » qui consiste à placer les batteries dans des conteneurs pour stocker l'énergie produite. Cette technologie mettra ainsi fin à l'utilisation des groupes électrogènes et de carburant.

Savoir faire. L'administration de la Jirama est conquise par les prestations de SATAREM en Chine. Lors de la signature du MOU - avec Vonjy Andriamanga, Directeur Général de la Jirama - Jerome Friler, le patron de SATAREM a indiqué que Madagascar sera le premier pays africain qui utilisera cette technologie. Œuvrant dans la cimenterie, le pétrole, le gaz et l'énergie solaire, SATAREM est présent dans de nombreux pays et a réalisé des installations et équipements de dizaines de sites pour Lafarge, Italcementi, Cimpour ou Zhejiang Hongshi aussi bien en Savoie qu'en Inde ou encore au Kazakhstan.

L'administration de la Jirama a, d'ailleurs eu l'occasion de constater ses prestations en Chine avant la signature du MOU. En 2013, comme le rapporte le journal Suisse « Le Temps », SATAREM a signé avec le gouvernement Irakien, un contrat de 6,7 milliards de dollars pour la construction et l'exploitation d'une raffinerie de 150 000 barils de carburant par jour. Malheureusement, situé en pleine zone Chiite, l'opposition Sunnite a tout fait pour bloquer le projet et SATAREM en a malencontreusement fait les frais. Compte-tenu de ce gigantesque projet de raffinerie, incluant également une centrale au gaz cycle combiné de 1000 MW, la compagnie a fermé, en 2014 sa filiale SATAREM AG en Suisse pour être transformée en Maisan International Refinery Company AG (MIRC) pour jouer le rôle de Special Purpose Vehicle (SPV) pour ce projet, qui est maintenant en phase de redémarrage.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.