Madagascar: Utilisation des subventions - Evaluation des gouverneurs au mois de juin

Les 11 Gouverneurs de région ont été reçus au Palais d'Iavoloha hier pour présenter leurs vœux de Nouvel An au président Andry Rajoelina.

Au lendemain de leur nomination au mois de septembre dernier, les gouverneurs ont reçu une subvention d'un milliard d'ariary chacun. Cette année 2020, ce budget a été augmenté à 5 milliards d'ariary.

Cela fait désormais trois mois que les 11 gouverneurs de région ont été nommés. Depuis le mois de septembre 2019, des grands chantiers ont déjà débuté au niveau des régions Sava, Menabe, Anosy, Androy, Atsimo Andrefana, Alaotra Mangoro, Analamanga, Itasy, Haute Matsiatra, Atsimo Atsinanana et Sofia. Hier, le président Andry Rajoelina a déclaré que la nomination des 11 restants aura lieu incessamment. « L'objectif est d'asseoir une égalité des chances de développement auprès de tous les districts de Madagascar », a-t-il soutenu. Durant la cérémonie de présentation de vœux des gouverneurs au président qui s'est déroulée hier à Iavoloha, Andry Rajoelina a annoncé: « Dès que les gouverneurs de région sont complétés, le Conseil du gouvernorat sera mis en place ». Il s'agit, en effet, d'une réunion mensuelle des gouverneurs des 22 régions, dirigée par le président de la République et le Premier ministre. Une occasion d'établir les priorités pour chaque région. Le Conseil du gouvernorat permettra aussi à l'Exécutif de superviser l'évolution des travaux dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Emergence Madagascar.

Priorités. Désormais, le développement de Madagascar va passer par les Collectivités Territoriales Décentralisées, et les régions auront un rôle crucial à jouer. D'ailleurs, hier, Andry Rajoelina a exhorté les 11 gouverneurs déjà opérationnels à mettre en place une collaboration avec les députés et les maires pour déterminer les priorités au niveau de chaque commune et chaque district. Le Chef de l'Etat a tracé les travaux à faire pour les gouverneurs. Ce sont les infrastructures relatives aux routes communales, ainsi que les écoles, les hôpitaux et les stades qui sont prioritaires. « Si, l'année dernière, nous avions pu construire 800 salles de classes, cette année, l'objectif est d'en construire 1000 au minimum », a-t-il proposé. Et lui de poursuivre dans la foulée: « En ce qui concerne l'Enseignement supérieur, nous envisageons cette année de construire 6 universités. Durant l'année écoulée, on a débuté les travaux pour la construction de 4 universités, notamment à Antsirabe, Morondava, à Fénérive Est et dans l'Itasy ». D'ailleurs, il a aussi annoncé hier que les matériels destinés à la construction d'infrastructures dans les régions, composés entre autres, de tracks, de bulls et différents engins, vont arriver bientôt.

Point focal. En quelque sorte, Andry Rajoelina demande carrément aux gouverneurs de région d'élaborer un véritable projet ou plan régional de développement. Ils sont considérés comme le point focal des actions au développement et de la réalisation des « Velirano » présidentiels. Toutefois, comme les membres du gouvernement, le Chef de l'Etat impose aussi un contrat-programme aux gouverneurs. Ces derniers vont être évalués sur leurs réalisations respectives d'ici au mois de juin prochain. « D'ici à mi-2020, je vous poserai des questions à propos de l'utilisation du budget qui vous a été alloué », a-t-il lancé. Hors de question de continuer la pratique de la gabegie. L'utilisation des subventions va certainement être scrutée à la loupe. Il convient de rappeler qu'au lendemain de leur nomination au mois de septembre dernier, les gouverneurs de région ont reçu chacun une enveloppe d'un milliard d'ariary. Pour cette année 2020, ce budget a été augmenté à 5 milliards d'ariary. Si ces fonds sont utilisés à bon escient, chaque district, même ceux qui ont toujours été considérés comme des « tany lavitr'Andriana », connaîtra enfin le changement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.