Algérie: Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019

Alger — Les cours du brut algérien, le Sahara Blend, ont perdu près de sept dollars en 2019, s'établissant à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l'effet notamment de la guerre commerciale.

Selon le dernier rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%).

Le Sahara Blend a été le sixième brut le plus cher en 2019, après l'Angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le Guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le Nigerian Bonny light (65,63 dollars/baril), le Saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'Emirati Murban (64,72 dollars/baril).

La baisse du Sahara Blend intervient dans un contexte de repli général des prix au marché pétrolier mondial en 2019. Le prix moyen du panier de l'Opep a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril. Il s'agit du niveau le plus bas en trois ans pour le panier de l'Opep, selon la même source.

En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors Opep, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'organisation.

Sur le mois de décembre seul, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/baril contre 63,96 dollars en novembre.

Lire aussi: OPEP: le pétrole algérien augmente de près de 5 dollars en avril

Cette hausse de 6,6% s'explique notamment l'optimisme affiché fin 2019 quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché menés par l'Opep et ses alliés.

Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'Opep à la hausse pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevée depuis avril 2019.

Globalement, les pays de l'organisation ont produit 29,860 Mbj en 2019, contre 31,860 Mbj en 2018, selon des sources secondaires.

Ainsi, l'Opep a retiré effectivement du marché 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l'accord de baisse signé avec dix producteurs non-membres de l'Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre seul, l'Opep a produit 29,444 Mb, en baisse de 161.000 barils/jour comparativement à novembre.

Concernant ses prévisions pour l'année 2020, l'Opep a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 Mbj par rapport aux estimations du mois précédent. La croissance devrait s'établir à 1,22 Mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020.

En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 Mbj en 2019 à 100,98 Mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l'Opep.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.