Guinée: Le domicile du Khalife du Fouta à Pita violé par des agents des forces de l'ordre

16 Janvier 2020

La répression perpétrée par le régime contre les opposants au tripatouillage constitutionnel a franchi un autre cap mercredi notamment à Pita, où le Khalife du Fouta Djallon et première autorité morale de Pita, Elhadj Bano Bah n'a pas été épargnée. En effet le sage a été agressé à son domicile par des hommes en tenue.

Des hommes en tenue ont font irruption à son domicile pour se livrer à des scènes d'un autre âge .

Joint au téléphone à 14 heures et 42 mn ce jeudi, Elhadj Bano Bah a expliqué qu'il était à son domicile avec ses proches et que le portail d'entrée était fermé des hommes en tenue sont venus s'agripper à la porte pour l'arracher.

Le sage estime que comme d'habitude sa voiture de commandement était stationné devant la concession et les visiteurs s'en sont pris à elle et lui ont assené des coups qui ont soufflé la vitre côté siège passager de devant, la place habituelle du khalife.

Bien d'observateurs estiment que ce sont des forces de l'ordre venus d'autres villes pour renforcer les effectifs locaux mais quoiqu'il soit, les autorités au niveau national si elles ne sont pas complices doivent prendre des mesures d'envergure pour essayer de punir un tel comportement car ceux qui incarnent l'autorité morale dans notre pays doivent être respectées.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.