Angola: L'INAMET investit 60 millions dans sa modernisation

Luanda — Soixante millions de dollars US, telle est la valeur que l'Institut national de météorologie et géophysique (INAMET) prévoit de dépenser, dans un premier temps, pour sa modernisation et transformation, en cours depuis plus d'une année.

Selon le ministre angolais des Télécommunication et des Technologies de l'Information, ces fonds sont injectés notamment dans la formation de cadres, avec l'appui de la faculté de Sciences de l'Université Agostinho Neto (UAN), laquelle enseignera, désormais, le cours de géophysique ayant comme spécialité la météorologie.

José Carvalho da Rocha, qui se confiait jeudi à la presse, en marge d'une visite de travail du vice-président de la République (Bornito de Sousa) aux installations de l'INAMET, a expliqué qu'au début de la première phase, un plan stratégique avait été adopté.

Ce plan a été remis à différents organismes du gouvernement, lequel a ensuite débloqué le fonds.

Le déblocage de l'argent a été suivi de la recherche d'un partenaire « crédible ». Le choix étant donc tombé sur « Méteo France Internationale », laquelle appuie ce projet, a-t-il précisé.

Faire de l'INAMET une institution pleinement capable d'épauler le développement de l'Angola, tel est le principal objectif du projet de sa modernisation et transformation, a affirmé José Carvalho da Rocha.

Sans annoncer la date du démarrage de la deuxième et dernière phase du projet, ni son coût, le ministre a souligné qu'une fois terminée la première phase, une évaluation profonde sera faite sur ce sujet, laquelle sera suivie du processus de remise en état du réseau météorologique du pays.

Enfin, signalons que le vice-président de la République, qui n'a rien déclaré à la presse au bout de sa visite, a sillonné les installations de l'INAMET et reçu des informations sur les activités du service météorologique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.