Nigeria: L'ombre de la guerre du Biafra plane toujours sur le pays

15 Janvier 2020

Cette guerre civile qui s'est déroulée de 1967 à 1970 a été déclenchée par la sécession de la région orientale du Nigeria. Elle s'était autoproclamée République du Biafra, sous la direction du colonel Ojukwu.

Uchenna Chikwendu parle rarement de la guerre du Biafra. Agée de 67 ans, elle vit à Enugu, capitale provinciale de l'Etat du même nom dans l'est du Nigeria, qui faisait autrefois partie de la République autoproclamée du Biafra. Pendant la guerre civile elle était adolescente, elle raconte :

"Nous devions marcher tout le temps. Il n'y avait pas de voitures. Si vous en aviez une, il fallait la cacher pour que l'armée ne la confisque pas. Ce n'était pas facile. Par exemple, nous avons dû traverser la forêt sur des sentiers étroits pour aller au marché à trois heures du matin et faire rapidement nos courses".

Après l'indépendance, les divisions surgissent

Le Nigeria a acquis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1960. Le pays comptait alors plus de 45 millions d'habitants, principalement Haussa et Fulani au nord, Yoruba au sud-ouest et Igbo au sud-est. Des désaccords, une lutte pour la suprématie et l'accès aux ressources ont rapidement surgi.

Après de graves émeutes ethniques, le gouverneur militaire de la région du sud-est, Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu déclare la région du Biafra indépendante le 30 mai 1967. Une décision lourde de conséquences puisqu'elle sera à l'origine d'une guerre civile qui fera plus d'un million de morts.

Eghosa Osaghae, professeur de politique comparée à l'université d'Ibadan, estime que les raisons qui ont conduit à la guerre n'ont pas changées. Selon lui, la séparation entre le Sud et le Nord persiste.

"Les gens pensent que le Sud-Est est la région la plus défavorisée et la plus impuissante. Cela peut être une conséquence de la guerre civile. Mais c'est surtout une manière de voir les choses."

Un sentiment de marginalisation qui persiste

Sur le plan politique, les principaux partis s'assurent donc que leurs candidats représentent le Nord et le Sud - et donc l'islam et le christianisme. Mais les habitants de l'ancienne région du Biafra se sentent toujours marginalisés, un sentiment sur lequel jouent les défenseurs de l'indépendance.

Abubakar Yussuf Sambo est le chef de la communauté haussa dans l'Etat d'Enugu : "Après la guerre, beaucoup de gens sont revenus rapidement du nord, tout comme les Igbos sont retournés dans le nord. Les gens demandent l'indépendance. Mais cela devrait être fait d'une manière légale et civilisée".

Sur le plan international, le Biafra n'a été reconnu que par une poignée de pays, dont la Tanzanie, le Gabon et la Côte d'Ivoire. Le soutien est également venu du Vatican et de nombreuses organisations humanitaires chrétiennes, dont Caritas International et Diakonisches Werk, qui ont aidé la population à lutter contre la famine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.