Sénégal: Dialogue national - Le secteur privé exprime ses attentes...

16 Janvier 2020

Lors de l'ouverture des travaux du Comité de pilotage du Dialogue national, les acteurs du secteur privé ont plaidé pour une meilleure prise en charge des défis sociaux et économiques. Ils espèrent une rapide mise en œuvre des propositions issues de ces concertations.

Le Dialogue national qui regroupe les leaders des différents segments de la société suscite de fortes attentes. Il est susceptible d'apporter, selon des acteurs de la vie économique qui siègent au sein du Comité de pilotage, des changements importants devant avoir un impact sur la vie des Sénégalais.

Ces derniers se réjouissent de la tenue de ces concertations qui ne vont pas occulter les questions économiques et sociales. Pour Cheikh Cissé, Président de l'Unacois Yessal, « ce cadre est d'une importance capitale dans la mesure où il ne va pas uniquement porter sur des questions politiques ».

Il estime aussi que cette initiative du Chef de l'État d'associer tous les acteurs à ces échanges est porteuse de « dynamiques nouvelles ».

« C'est une rencontre décisive surtout qu'on a toujours eu l'impression que ce sont les politiques qui sont tout le temps au premier plan et discutent de l'avenir de notre Nation. Même les confréries religieuses participent à ce creuset de réflexion.

Les décisions majeures qui engagent la vie de notre Nation doivent être prises, de façon consensuelle, avec la participation active de tous les acteurs », indique-t-il. Pour lui, il y a lieu de dérouler un agenda devant aider à relever les multiples challenges dans les délais de trois mois qui leur ont été assignés.

Baïdy Agne, le Président du Conseil national du patronat (Cnp), partage la même position. « J'ai tendance à dire que le plus grand dialogue que nous devons avoir est plutôt économique et social ; c'est cela qui est porteur de richesses, d'emplois et de stabilité sociale.

Il est évident que les acteurs politiques jouent un rôle majeur dans la stabilité de notre pays, mais toutes les questions d'intérêt national sont importantes », avance-t-il.

À l'en croire, la marge temporelle octroyée pour la durée de leurs travaux est bien raisonnable. « D'un point de vue sectoriel, des réflexions sont déjà faites, et en ce qui concerne les questions économiques et sociales, nous tenons des concertations permanentes avec les acteurs sociaux et l'État », rappelle M. Agne.

Il souligne également que les acteurs politiques ont eu l'avantage de commencer les réflexions avant l'installation du Comité de pilotage.

« Je pense que les trois mois sont suffisants pour produire un rapport qui dégage un certain nombre de consensus », déclare ainsi le Président du Cnp. Par ailleurs, il estime que le plus grand challenge réside dans la mise en œuvre des conclusions de leurs travaux.

À ce propos, Baïdy Agne fait remarquer qu'une volonté plus affirmée de l'État permettra d'amorcer de réelles ruptures.

Surtout que ce cadre d'échanges permettra, selon lui, d'aborder des thématiques qui portent sur les richesses futures et leur gestion, les mécanismes de transparence, le renforcement d'un privé national...

« Nous espérons qu'il y aura une meilleure compréhension de ces différentes questions et une meilleure mise en œuvre de ces différentes propositions à l'échelle nationale », conclut-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.